Après l’adoption confirmée du cloud privé, les DSI commencent à se tourner vers le cloud public. Et pour cela, ils entendent adopter massivement une démarche de cloud hybride, d’orchestration du cloud et de cloud brokering.

En ce jour d’ouverture de la CloudWeek, les analystes de PAC nous proposent une étude commanditée par Linkbynet et intitulée « L’usage du cloud hybride en France ». L’étude a porté sur 500 entreprises, identifiées comme ayant déjà eu recours au Cloud Computing. Il ne s’agissait donc pas ici de mesurer l’adoption du cloud, puisque toutes les entreprises interrogées y ont déjà souscrit, mais de comprendre l’évolution de leur stratégie dans le nuage.

Les ambitions du cloud privé managé

Le cloud privé n’a plus à faire ses preuves, et son adoption est grandissante. De même, le club public poursuit sa percée dans les entreprises. À moyen terme, 80 % d’entre elles ‘oseront’ l’adopter. Une ambition qui se concrétise également au travers du cloud privé managé, géré par un tiers et répondant à des conventions de services (SLA), qui est considéré comme un bon compromis entre le cloud public, l’hébergement et l’infogérance.

Une attitude encouragée par l’ouverture nécessaire de l’entreprise à son écosystème, clients, partenaires, voire concurrents. Mais l’adoption d’un type de cloud reste principalement soumise à des choix très humains. À ce titre, c’est souvent le partenaire ou le fournisseur qui accompagne sa mise en place. Pour autant, de nombreux critères restent de mise, comme la sécurité, ainsi que la localisation géographique du prestataire et de ses infrastructures.

Quels sont les critères de choix des fournisseurs de cloud hybride ?

  • 84 % — Datacenter en France
  • 60 % — Possibilité de customisation
  • 56 % — Siège de fournisseur en France
  • 53 % — Prestations avec services à valeur ajoutée
  • 53 % — Possibilité d’intégration avec l’informatique historique
  • 39 % — Datacenter en proximité régionale

Comme on le constate au travers des chiffres ci-dessus, la proximité tant de l’infrastructure que du prestataire est encore essentielle, voire critique pour le choix d’une solution. Et comme le signalent les analystes de PAC, l’usage du cloud hybride est en plein développement. Pour autant, 25 % seulement des entreprises ont mis en place une ‘vraie’ informatique hybride.

Une opportunité pour le DSI

Chahuté par les nouveaux modèles économiques et numériques, les pratiques du Shadow IT, et plus largement par le doute sur sa capacité à prendre en charge la transformation digitale, le DSI a une carte à jouer avec l’adoption du cloud. Plusieurs solutions s’offrent à lui, la plus courue est celle de la transformation de la DSI en prestataire de services internes. Également contraint de travailler avec les métiers, il peut profiter de la situation afin d’être enfin considéré comme le patron d’une entité qui crée de la valeur. Ce qui ne devrait pas être trop difficile, l’étude révèle que dans les trois quarts des entreprises, la stratégie cloud est mise en œuvre par la DSI.

Que recherchent les DSI dans le cloud ?

Le Top 3 de leurs priorités va vers :
  • 76 % — La réduction des coûts
  • 75 % — La progression en flexibilité et en agilité
  • 71 % — Favoriser le développement de produits et services innovants

Les solutions d’orchestration Cloud en pointe

Si le clone public et le cloud hybride séduisent les DSI, pour autant ces derniers doivent affronter la complexité des solutions déployées. Le cloud hybride représente un bon compromis entre les clouds public et privé. Mais comme nous l’avons déjà évoqué, seule une entreprise sur quatre aurait véritablement mis en place une vraie informatique hybride. Et les DSI doivent affronter un nouveau challenge, celui de l’approche multi-cloud. C’est ainsi que la gestion du multisourcing des clouds publiques est une véritable problématique.

Dans ces conditions, les entreprises qui souhaitent avancer sur ces projets envisagent d’adopter une solution d’orchestration du cloud. C’est le cas de 30 % des entreprises interrogées, donc de 30 % des entreprises qui possèdent déjà un cloud. Une autre voie se présente également devant elles, celle de l’infogérance du nuage. C’est le cloud brokering, sur lequel 86 % des entreprises qui ont déjà adopté le cloud comptent s’engager...

Image d’entête 51491032 @ iStock rafyfane

AUCUN COMMENTAIRE