Le condensé de l'actualité digitale Marketing et Communication commentée par le CMIT, le Club des directeurs marketing et communication de l’IT.

Avec aujourd’hui : Yacine Mahfoufi (@YacineMahfoufi), Directeur Marketing d’Alcatel-Lucent Enterprise, et membre du CMIT (@CMITfr)

1Amazon lance son programme d’influence

Connu pour son programme d’affiliation Amazon Associates)., qui permet à un éditeur d’afficher un lien dynamique des produits de la marketplace en cohérence avec le contenu éditorial, avec en contrepartie une commission variable sur les ventes générées, Amazon élargit son programme de marketing d’influence Amazon Influencer Program, jusqu’à présent en test auprès de quelques gros influenceurs américains, qui concerne exclusivement les influenceurs possédant une large communauté, publiant de manière récurrente des contenus au sein desquels la promotion de produits présents sur la marketplace serait cohérente.

Source : Siècle Digital

  • Le commentaire de Yacine Mahfoufi :

On voit arriver, essentiellement à travers des blogueurs IT anglo-saxons, des mécanismes similaires à ceux proposés par Amazon pour relayer les contenus à valeurs ajoutées. Dans l’IT, le premier influenceur reste le client satisfait qui témoignera dans vos vidéos, événements et qui donnera son point de vue sur vos capacités à répondre aux enjeux des DSI. En B2B, la recommandation reste le levier le plus efficace d’acquisition de nouveaux clients. C’est pour cela que se développent des programmes de « customer advocacy » autour de communautés d’intérêts verticalisées, où sont exposés des contenus spécifiques (roadmap, séminaires, présentation stratégique…), où sont créées des zones d’échanges de bonnes pratiques qui s’affranchissent de contre parties commerciales. Certaines entreprises proposent mêmes des services de mentoring pour leurs clients influenceurs, et leur permettent de se positionner en référent dans leur domaine de compétence, car le processus de customer advocacy doit avant tout proposer des avantages tangibles pour les membres du programme (ce n’est pas un process à sens unique). Encore peu développé en France, où les DSI sont souvent réticents à s’associer à des marques, ces programmes sont très efficaces aux Etats-Unis où la notion de gestion de marque personnelle est considérée comme naturelle.

2Lead Generation : pourquoi le content marketing dépasse le paid search ?

Les entreprises investissent des milliards de dollars dans la génération de leads via les recherches payées et l’optimisation des moteurs de recherche. Qui nécessite également d’y consacrer beaucoup de temps. Le content marketing se montre à l’inverse beaucoup moins coûteux, le coût à la génération de lead est de 38% celui de la recherche payée. Et une fois investi dans le développement de contenu, ce modèle continu de fonctionner aussi longtemps que vous atteignez votre public…

Source : Business 2 Community

  • Le commentaire de Yacine Mahfoufi :

C’est une tendance de fond, la plupart des directions marketing sont souvent très déçues des résultats de paid search pas tant sur la performance quantitative que sur la qualité des leads générés. Parce que le content marketing est à la jonction des problématiques de positionnement de marque et de générations de leads, les budgets ont été redirigés et alloués aux contenus pour passer de la création de brochure commerciale à un ensemble cohérent d’articles, livres blanc, interview de clients et influenceurs, installant la marque comme référent dans son domaine. Cette tendance pose deux défis majeurs : comment créer du contenus de qualité à une fréquence régulière quand on n’est pas un média (sans frôler l’infobésité avec du snacking content de mauvais qualité) et quelles sont les stratégies de diffusion à mettre en œuvre pour que vos contenus ne fassent pas partie des secrets les mieux gardés d’internet ? Ces deux défis ont bien entendu un impact non négligeable sur la structure des directions marketing, avec l’apparition du directeur des contenus qui saura travailler le fond et la forme, et sur les coûts cachés, car toute bonne stratégie de contenu doit aussi impérativement s’accompagner d’investissements de paid search pour complémenter dans une seconde phase les résultats liés aux techniques de SEO et référencements naturels.

3L’abonnement est-il l’avenir de la consommation ?

Poussée par les habitudes des nouvelles générations de consommateurs, à la recherche de nouveaux modèles, l’abonnement, le partage ou encore le leasing, démocratisés par le marché des box et les médias, changent radicalement nos habitudes de consommation.

Source : Maddyness

  • Le commentaire de Yacine Mahfoufi :

Selon Gartner, 80% des dirigeants de société IT pensent que leur business model va changer d’ici 2020 pour évoluer vers un business à la demande. Tendance venue des médias avec la SVOD et popularisée avec les problématiques de transformation digitale, le modèle se démocratise dans l’IT avec le SaaS, mais aussi dans les solutions de réseau d’entreprise avec des offres de Network on Demand ou la DSI ne paie son réseau qu’au port consommé. L’impact immédiat : on ne vend plus de produits, mais un service avec une expérience client cohérente. Le défi pour le marketing : connaitre et comprendre les usages liés à ces nouveaux modes de consommations en quasi temps réel, et mettre en place des actions correspondant à ces nouveaux cycles, adoption, expansion et renouvellement. En s’inspirant de ce qui se fait dans toute bonne start-up SaaS : intégrer dans son plan marketing des actions de customers success management pilotées par les données comportementales des clients.

AUCUN COMMENTAIRE