La part de l’infrastructure en cloud privé décline, celle du cloud public augmente, le cloud hybride fait sa place, et 95% des entreprises ont adopté ou vont expérimenter le cloud en mode IaaS.

En 2016, le marché du IaaS (Infrastructure-as-a-Service) aura représenté 22 milliards de dollars. Une goutte d’eau au sein des dépenses informatiques des organisations qui se chiffrent en centaines de milliards de dollars. Sauf qu’un détail nous apprend que, pour négligeable en investissement qu’il soit, le IaaS, que nous pourrions décrire comme l’infrastructure du système d’information dans le cloud, concerne désormais 95% des organisations.

9 entreprises sur 10 sont concernées par le cloud

Soyons prudents, ce chiffre de 95% est extrait d’une étude américaine, qui concerne les entreprises américaines. Pour autant, il reprend très clairement la tendance, à savoir que la majorité des grandes entreprises et de ce que les américains nomment les SMB (PME) mais qui dans nos contrées correspondent plutôt aux ETI, soit ont déjà des applications qui s’exécutent sur une architecture IaaS, soit comptent l’expérimenter.

rightscale2

Il va de soi que la ‘très grande’ majorité des infra des entreprises ne repose pas sur des technologies du domaine du IaaS. Cela est totalement vrai, et le legacy, l’héritage de l’informatique de papa, aura encore sa place, totalement légitime, pendant longtemps. Cependant, avec plus de 9 entreprises sur 10 qui utilisent une forme ou une autre du IaaS, celle-ci devient quasi universelle. Et chacun dans ses projets a ou va chercher des synergies afin de disposer d’une infrastructure cloud.

Concrètement, nous assistons à un double phénomène lié : le cloud public continue de progresser, 89% des entreprises l’avaient adopté en 2016, et ce chiffre va se maintenir en 2017. A l’inverse des clouds privé et hybride, qui ont fortement progressés en 2016, passant de 63% en 2015 à 77% pour le cloud privé, et de 58% à 71% pour le cloud hybride. Mais pour 2017, la tendance sera à un recul de ces deux clouds, à 72% pour le cloud privé, et 67% pour le cloud hybride.

rightscale3

Vers la maturité en courbe ascendante

Il n’y a rien d’alarmant, le marché du cloud ne cesse de progresser. Mais dans le même temps, les entreprises passent de multiples projets d’expérimentations à un nombre moindre de projets qui entrent en production. La tendance soulignerait plutôt la fin de la phase d’adoption précoce du cloud, et l’entrée des projets dans le nuage dans la phase de maturation. D’ailleurs les opérateurs américains du cloud auraient quasi doublé leurs revenus liés à l’adoption du cloud…

rightscale4

Nous en voulons également pour preuve que les utilisateurs du cloud ont en moyenne 1,8 application en cours d’exécution et 1,8 en cours d’expérimentation dans des clouds publics, et de réciproquement 2,3 et 2,1 applications dans des clouds privés. Ce qui porte au total et en moyenne à 3,6 applications en cloud public et 4,4 en cloud privé. Remarquons à ce titre que 41% des workloads s’exécutent dans les clouds publics, contre 38% dans les clouds privés, la bascule est faite…

Encore du chemin à parcourir…

Sans parler de généralisation, c’est même trop tôt pour cela, l’IaaS évolue bien sur le chemin du succès. Il lui reste cependant quelques obstacles à contourner. Mais là encore la tendance se montre plus favorable : parmi les préoccupations majeures liées à l’adoption d’une infrastructure cloud IaaS, la sécurité, avec 25% des objections exprimées en 2016 (29% en 2015), est passée de justesse en seconde position derrière le manque de ressources de expertises, un défi pour également 25% des répondants.

rightscale5

Lorsque la principale problématique opposée à l’adoption du IaaS porte sur le financement, c’est que les préoccupations des entreprises ne portent plus sur les objections à l’adoption, mais sur la recherche des moyens pour l’adopter.

Source : étude RightScale

AUCUN COMMENTAIRE