Le moindre accro dans la qualité d’une application web peut faire basculer les clients dans l’insatisfaction, ternir la réputation de l’entreprise, et avoir un impact sur la carrière des développeurs comme du DSI. Et pourtant, 98% des DSI reconnaissent avoir rencontré des problèmes de qualité des apps !

Quasiment toutes les organisations rencontrent des problèmes de qualité des web apps qui ont un impact sur elles, ce dont attestent d’ailleurs 98% des DSI et des professionnels du développement. 53% affirment même que ce type de problème se produit au moins tous les mois ! Ils se traduisent par l’insatisfaction des clients et des pertes de revenus pour les entreprises. Ce n’est donc pas une surprise si une étude de Sencha nous confirme que l’assurance qualité (AQ) est ‘très’ importante pour 84% des professionnels du développement et même ‘critique’ pour 34% d’entre eux.

AQ1

La fréquence d’occurrence des problèmes de qualité des apps

- Comment se traduisent les problèmes de qualité des apps ?

  • 79% - Insatisfaction du client ;
  • 59% - Atteinte à la réputation de l’entreprise ;
  • 56% - Coûts associés à la résolution des problèmes ;
  • 56% - Inefficacité des employés ;
  • 43% - Pertes de revenus ;
  • 30% - Pas assez de temps pour profiter de l’avantage du marché.

Investir dans les tests de qualité des apps

Ayant pris conscience de ce phénomène, 73% des professionnels du développement ont déclaré que leurs investissements dans les tests d’assurance qualité des apps vont probablement augmenter l’année prochaine, une augmentation qui pourrait être importante pour 29% d’entre eux.

- Qu’est-ce qui pilote ce mouvement ?

Il n’y a pas une volonté qui se détache, plutôt un ensemble d’attentes qui, pour les principales, s’affichent  à égalité :

  • 42% - La demande des utilisateurs pour une meilleure qualité ;
  • 41% - Le besoin d’améliorer le ‘time to market’ et les calendriers de diffusion ;
  • 40% - C’est juste une part de l’augmentation de nos investissements dans le développement ;
  • 38% - Besoin d’adresser la satisfaction des clients ;
  • 36% - Réponse à une attente des métiers ;
  • 35% - Réduction globale des coûts ;
  • 30% - Demande des actionnaires ;
  • 29% - Créer une différentiation compétitive.

Quels en sont les freins ?

Pour un professionnel de la qualité logicielle sur deux (55%), c’est la pression sur le calendrier qui ne permet pas de réaliser les tests d’assurance qualité adéquats. Mais pas seulement, 45% affirment qu'ils ne peuvent pas suffisamment tester les apps sur tous les navigateurs et les équipements. Et 40% que les tests ne sont pas intégrés dans les workflows du développement.

AQ2

A l’inverse, même si 76% des organisations ont automatisé certaines parties des tests d’assurance qualité des apps les plus importantes, l’effet en est semble-t-il marginal puisque 8% seulement ont déclaré que l’automatisation des tests de leurs équipes est considérée comme ‘mature’.

- Pourquoi les entreprises n’automatisent pas les tests ?

  • 35% - Trop cher de maintenir les tests ;
  • 35% - « Ce n’est simplement pas une priorité » ;
  • 31% - Manque d’infrastructure ;
  • 30% - Difficulté de recruter des personnes ayant les compétences ;
  • 28% - « Les outils sont trop difficiles à apprendre » !
  • 22% - Ne peut s’offrir les ‘bons’ outils d’automatisation ;
  •   8% - Ne voit pas la valeur de l’augmentation de l’automatisation.

AQ3

Il y a donc encore un vrai potentiel d’amélioration et d’automatisation des tests de qualité logicielle, à la condition cependant que cela fasse l’objet d’une véritable stratégie.

Les conséquences pour les DSI et les équipes du développement

Les conséquences des problèmes de qualité des web apps sur les responsables informatiques et du développement et leurs équipes sont connues, elles ne font qu’augmenter le risque humain :

  • 33% des répercutions ont porté sur des licenciements, des rétrogradations, et la fin des promotions individuelles des membres de l’équipe ;
  • 32% ont entrainé des critiques négatives sur la performance de l’équipe.

AQ4

Dans le même temps, nous pourrions imaginer que la qualité des applications fournies pourrait avoir une action positive sur la rémunération des équipes et inciter à une meilleure productivité. Il n’en est rien, 2 développeurs sur 3 (66%) ont déclaré que la qualité du travail fourni n’a aucune incidence sur leur rémunération…

Source : étude « The State of Web Application Testing » de Sencha

Image d’entête 672902586 @ iStock blocberry

AUCUN COMMENTAIRE