D’après Sam Ainsley, ingénieur informatique principal de Google, la fermeture du site de petite annonce Backpage a rendu difficile la localisation des victimes potentielles de trafic sexuel. Juste après l’annulation du site, les annonces de personnes susceptibles d’être victimes de traites sexuelles ont été redistribuées sur d’autres sites web. Des ingénieurs de Google se sont regroupés au sein d’un nouveau programme de bourses appelé « Google.org » pendant 6 mois afin de pister les informations qui pourraient mener aux victimes de trafic sexuel. Pour mener à bien leurs investigations, les ingénieurs ont travaillé avec l’organisation à but non lucratif « Thorn ». Cette dernière a été fondée par Ashton Kutcher dans le but de protéger les enfants contre les abus et le trafic sexuel. Quand Backpage fonctionnait encore, Thorn a recensé toutes les annonces suspectes et elle les a transmis aux autorités. La tâche est devenue compliquée après la fermeture du site.

Lorsqu’ils travaillaient encore chez Thorn, Ainsley et 4 autres ingénieurs ont tout mis en œuvre pour rendre les informations plus accessibles aux forces de l’ordre. Le but du programme était de créer un algorithme capable d’établir le profil des victimes afin de les identifier le plus rapidement possible. L’analyse des différentes informations se base sur un dispositif qui a été développé par les ingénieurs en apprentissage automatique de Google. D’après Julie Cordua, la chef de direction de Thorn, le dispositif mis en place par les ingénieurs de Google est d’une grande efficacité. Les membres de Google.org ont choisi de travailler avec Thorn après avoir examiné son potentiel d’impact ainsi que sa capacité à poursuivre le travail après le départ de l’ingénieur de Google.

Les ingénieurs de #Google ont déployé des efforts surhumains pour lutter contre le trafic sexuel Click to Tweet
À lire aussi Cette année, Google Assistant sera plus intelligent avec de multiples fonctionnalités

AUCUN COMMENTAIRE