Face aux changements et aux nouvelles technologies, le DSI ancienne génération doit relever de nouveaux défis. En voici 5 qui participeront à son succès… ou à son échec s'ils ne sont pas pris en compte et intégrés à sa stratégie.

Agilité

S'il veut être un moteur de la croissance et répondre aux défis qui lui sont tendus par les technologies, l'évolution des processus et les métiers, le DSI doit embrasser l'agilité et se rapprocher du modèle Lean.

Priorité au changement… et changement des priorités

Nous sommes entrés dans une nouvelle ère, où l'innovation, les possibilités nouvelles et les priorités sont en constante évolution. Au DSI de maintenir un équilibre délicat, entre la stabilité recherchée des systèmes opérationnels et le changement des priorités. En se disant que ce qui est programmé aujourd'hui ne le sera probablement plus demain.

Des implémentations petites et rapides

Les gros déploiements monolithiques, sur le modèle des ERP, sont généralement terminés. En revanche, émergent de nombreux petits projets qui se satellisent autour des solutions massives qu'ils viennent compléter, et qui nécessitent une multiplication des étapes itératives. Au DSI d'adopter de nouvelles façons de s'organiser et de travailler.

Nouvelles technologies

Des pans entiers de nouvelles technologies apparaissent, dont la mobilité, l'Internet des Objets, ou encore l'impression 3D. Le DSI doit définir son rôle dans ces différents domaines, et s'y projeter pour les années à venir.

Devenir l'agent du changement

Le DSI ancienne génération ne peut plus continuer de fonctionner de la façon dont il l'a toujours fait. Il doit devenir acteur du changement et s'assurer que son organisation sera alignée. Et pour cela il lui faut travailler l'architecture de l'entreprise pour aller dans le sens du changement, et communiquer tant que faire ce peut.

Image d'entête 40606146 iStock @

AUCUN COMMENTAIRE