Une enquête de Cohesity, menée auprès de 900 DSI, révèle l’existence d’un écart important entre ce qu’ils espéraient du cloud public et ce qu’il leur apporte réellement. Si le cloud représente un rouage essentiel à la transformation numérique, il convient d’abord de limiter l’importante fragmentation des données pour en récolter les bénéfices.

La réalité des faits permet toujours de prendre conscience des limites de certaines stratégies. C’est ce que prouve cette étude (menée par Vanson Bourne) de Cohesity, un fournisseur de solutions de sauvegarde et de gestion de données.

Plus de 9 DSI sur 10 (en Australie, en France, en Allemagne, au Japon, au Royaume-Uni et aux États-Unis) croyaient lorsqu’ils ont entamé leur migration vers le cloud que cela simplifierait leurs opérations, augmenterait leur agilité, réduirait leurs coûts et leur donnerait une meilleure compréhension de leurs données.

La majorité (91 %) des responsables interrogés estiment que les promesses du cloud public n'ont pas été tenues. Principale cause : leurs données sont très fragmentées dans et entre les clouds publics. Pire, ils estiment qu'elles pourraient devenir presque impossibles à gérer à long terme.

Fragmentation massive des données

Selon Cohesity, 45 % des personnes interrogées déclarent que leurs équipes informatiques passent entre 30 et 70 % de leur temps à gérer des données et des applications dans des environnements de cloud public.

Cette fragmentation massive des données n’est peut-être pas une surprise. Convaincues par les avantages du cloud, bon nombre d’organisations décident de migrer leurs données et leurs applications vers les plates-formes de différents fournisseurs.

Le multicloud est d’ailleurs une tendance qui s’accentue régulièrement, au fur et à mesure que les entreprises ne souhaitent pas « mettre leurs œufs dans le même panier ». Mais cette prolifération croissante des données réparties sur une myriade d'emplacements, de silos d'infrastructure et de systèmes de gestion les empêche d'en exploiter pleinement la valeur.

Cette étude révèle que près de la moitié (44 %) utilisent des trois à quatre solutions pour gérer leurs données dans les nuages publics. D’où des inquiétudes quant à la sécurité, aux coûts réels et à la conformité.

Sécurité et responsabilité des entreprises

De plus, les copies de données peuvent accroître les problèmes de fragmentation. Un tiers des répondants (33 %) possèdent quatre copies ou plus des mêmes données dans les environnements de cloud public. Cette situation peut non seulement augmenter les coûts de stockage, mais aussi créer des problèmes de conformité des données.

Les répondants estiment qu'il y a de nombreux avantages à s'attaquer à la fragmentation des données dans les environnements de cloud public, notamment en générant de meilleures informations grâce à l'analyse et à l'intelligence artificielle (50 %), en améliorant l'expérience client (47 %) et en maintenant (ou en augmentant) la réputation et la confiance.

Autre inquiétude mise en avant par cette étude : des directions qui ne comprennent toujours pas la répartition des responsabilités entre leur organisation et les fournisseurs de cloud.

Près de 80 % des personnes interrogées ont déclaré que leur équipe de direction estime qu'il incombe au fournisseur de cloud public de protéger toutes les données stockées. Or, c’est à l'organisation de protéger ses données. Rappelons en effet qu’un fournisseur de cloud ne gère que la sécurité « de son cloud » (en gros l’infrastructure), pas ce qui est « dans son cloud » !

Opportunités exceptionnelles

Malgré ces défis, plus de neuf responsables sur dix (91 %) croient que les fournisseurs de services dans les clouds publics utilisés par leur organisation offrent un service précieux. La grande majorité d'entre eux (98 %) s'attendent à ce que le stockage dans le cloud public de leur entreprise augmente de 93 % en moyenne entre 2018 et la fin de cette année.

Près de neuf sur dix (88 %) croient que les promesses du cloud public peuvent être mieux réalisées si des solutions sont mises en place pour les aider à résoudre les problèmes de fragmentation de données de masse dans leurs environnements multicloud.

"Les environnements de cloud public offrent une agilité, une évolutivité et des opportunités exceptionnelles pour accélérer les tests et le développement. Mais il est absolument essentiel que les entreprises s'attaquent à la fragmentation massive des données si elles veulent que les avantages attendus du cloud deviennent réalité », explique Cohesity.

"Compte tenu de la quantité de données que les organisations accumulent quotidiennement, il est presque inévitable que, sans une bonne gestion, les organisations perdent le contrôle de leurs données ", précise Katie Noyce, directrice de la recherche chez Vanson Bourne.

Source : .cohesity.com

AUCUN COMMENTAIRE