En établissant une connexion entre le contrôleur flash et le bus PCIe, le NVNe (Non-volatile Memory express) répond au double objectif dans le stockage des données d’augmenter la performance en réduisant les coûts.

La mémoire flash occupe doucement de plus en plus de terrain dans le stockage de données. Le disque SSD remplace le disque dur classique, avec des avantages certains de meilleures performances, de gains de place et de réduction des coûts énergétiques.

Une récente étude de l’Enterprise Strategy Group a confirmé cet engouement pour la technologie de stockage flash, et surtout révélé que plus d’un tiers des décideurs IT envisagent d’aller plus loin encore en s’intéressant à la technologie NVNe (Non-volatile Memory express) :

  • 10% ont déployé la technologie NVMe dans leur système d’information ;
  • 26% ont programmé son déploiement.

Qu’est-ce que la technologie NVMe ?

La plupart des disques SSD (à mémoire flash) reposent sur les bus de connexion du stockage des disques durs, SATA ou SAS en particulier. Des bus de communication internes au PC ou au serveur quoi accusent leur origine et offrent peu de potentiel d’amélioration. Surtout qu’entretemps le bus PCIe (PCI express) s’est imposé pour rapprocher les périphériques du cœur processeur de l’ordinateur, ce qui augmente sensiblement la performance de l’ensemble.

S’ajoute à cela que la technologie des disques durs reste mécanique, avec des données stockées sur des plateaux, et donc un usage limité par la présence des têtes de lectures réparties sur les plateaux. Par opposition, la mémoire flash des disques SSD permet de traiter indépendamment et simultanément les blocs de mémoire tant pour la lecture que pour l'écriture. Les deux technologies sont différentes, mais elles reposaient jusqu’en 2014 sur les mêmes bus de stockage dédiés aux disques durs.

SSD-NVMe

La technologie NVMe a été conçue pour éliminer les couches historiques des interfaces de disque dur. Disposant de son propre protocole, NVMe supporte le bus PCIe et le multipathing, à savoir le bus conecté en direct avec le compute (processeur) et plusieurs accès (chemins) à un même périphérique via les contrôleurs PCIe. La bande-passante et le temps d’accès s’en trouvent améliorés, avec une plus forte résilience. Sans oublier une gestion avancée des espaces de noms pour permettre, via la virtualisation et la parallélisassions des processus, de disposer d’un accès à un même SSD NVMe à partir de plusieurs serveurs.

Le résultat est que dans les architectures de stockages innovantes, les périphériques de stockage SSD NVMe offrent des vitesses plus rapides, une latence réduite, une haute capacité en adoptant des mémoires flash toujours plus élargies, dans un espace rack inchangé, et pour une consommation électrique préservée. Soit tout ce que l’on attend d’un système de stockage de dernière génération dans un datacenter.

Un engouement certain pour le stockage NVMe

L’étude de l’Enterprise Strategy Group confirme bien l’intérêt que portent les décideurs IT aux promesses de la technologie NVMe. Qui serait considérée par 87% des DSI comme une spécification d’avenir pour le stockage des données. Une vision qui trouve également sa source dans le même intérêt (80%) que portent les DSI à la virtualisation, que NVMe supporte avantageusement. Sans oublier l’objectif imposé de la réduction des coûts qui ne manque pas à l’appel des avantages attendus de cette technologie.

Image d’entête 589087656 @ iStock Andrew_Rybalko

AUCUN COMMENTAIRE