Clerview AI est une société d’intelligence artificielle qui propose sa technologie de reconnaissance faciale principalement aux forces de l’ordre aux États-Unis. Celle-ci serait capable d’identifier en quelques secondes les suspects en matière de terrorisme et de prévenir les attaques. D’après une publication sur le New York Times, Clearview AI a déclaré avoir joué un rôle important dans l’identification d’une personne suspectée de tentative de terrorisme perpétrée à New York. Cette dernière a déguisé trois cuiseurs à riz en engin explosif, ce qui a déclenché une panique générale dans la ville. Clearview AI affirmait dans une annonce promotionnelle que la définition du profil du suspect a seulement pris cinq secondes aux forces de l’ordre grâce à sa technologie. Pourtant, le NYPD affirme que c’est totalement faux. La police de New York a déclaré qu’elle n’utilisait pas le système de reconnaissance faciale Clearview, et que l’identification du suspect s’est faite sur une autre technologie basée sur la comparaison d’une base de données de photos légales à des images de vidéo surveillance. De plus, le NYPD confirme qu’elle n’a pas de lien de collaboration avec Clearview AI, même si cette dernière affirme le contraire à travers ses clips promotionnels et sur son site web. Le PDG de la société, Hoan Ton-That a même annoncé que le NYPD utilise sa technologie en mode démonstration. Néanmoins, Clearview affirme que sa technologie de reconnaissance faciale n’est pas destinée au grand public malgré les sollicitations. La société indique qu’elle travaille uniquement avec les forces de l’ordre et les agences d’application de la loi.

Depuis quelques temps, Clearview AI fait l’objet d’un débat national sur l’utilisation de la reconnaissance faciale. Cette technologie suscite plus d’inquiétudes que de sympathies. Les militants de défense des droits comme les politiciens s’insurgent de la façon dont elle pourrait être utilisée contre les droits civils. À part Clearview AI, Amazon avait aussi essuyé des critiques acerbes pour son système de reconnaissance faciale Rekognition, notamment après que la société l’a vendu aux forces de l’ordre. Les défenseurs des droits pensent que cette technologie n'est pas fiable, étant donné qu’elle incrimine davantage les individus à la peau plus foncée et les femmes. De son côté, Clearview AI est décriée de toute part, surtout provenant des plateformes de réseau social. Twitter lui a déjà envoyé une lettre de cessation et d’abstention pour le scrapping de profils et de photos à partir de son application. Il lui est également demandé de supprimer toutes les données obtenues sur la plateforme de messagerie. Twitter estime que Clearview AI pourrait les utiliser sans le consentement des utilisateurs. Clearview AI a déjà avoué scrapper certaines de ses informations à partir des applications de réseau social. La mise en demeure envoyée par Twitter n’est pas la seule que Clearview AI a obtenue. Le bureau du procureur de l’État du New Jersey lui a aussi envoyé une lettre de cessation et d’abstention, en plus de demander à la police de l’État de ne pas collaborer avec la société. La lettre a été envoyée après que le département de droit et de la sécurité publique de l’État a découvert une photo du procureur général Gurbir S. Grewal sur le site web de Clearview AI pour démontrer l’efficacité de sa technologie dans la lutte contre les prédateurs d’enfants. De la part des politiciens, plusieurs élus ont exprimé leurs préoccupations vis-à-vis de la technologie. Le sénateur démocrate Ed Markey, connu pour ses critiques envers certaines pratiques douteuses de la Silicon Valley, a envoyé une lettre au PDG de Clearview AI pour que sa société fournisse plus d’informations sur ses pratiques. Le politicien pense aussi que la technologie de reconnaissance faciale pourrait être utilisée par des personnes malveillantes ou des pays tiers pour perpétrer des attaques.

À lire aussi L’Union européenne prévoirait d’interdire temporairement la reconnaissance faciale dans les lieux publics

AUCUN COMMENTAIRE