A l'heure ou le système monétaire mondial sursaute, notamment avec le renforcement des mesures de gouvernance des risques de Bâle 3, et une crise qui dure depuis 2007, les DSI du secteur Banque/Assurance doivent se réinventer. Ils n'ont en réalité pas le choix, car sinon ils disparaitront pour être remplacés par une compétence plus agile, plus à l'écoute, qui manage des hommes, des idées et des ambitions pour l'entreprise.

Le DSI de demain sera un "builder", un consultant, un technophile, au service non servile des métiers de son entreprise, anticipant les questions et les problèmes, et modélisant par la même le SI et non plus seulement l'IT (infrastructure physique). Le DSI de demain sera un homme de service.

Ne pas confondre SI et IT !

Dissocions SI et IT. Nous dénommons IT le Système Informatique, à savoir l'ensemble des actifs matériels et logiciels du parc informatique, duquel nous dissocions le Système d'Information (SI), soit IT + Compétences + Données + Procédés + Plan de construction.

Le SI est en perpétuel mouvement, difficile à palper, à partager et à valoriser. Il est le creuset des expressions humaines et du potentiel collectif de l'entreprise 2.0.

L'architecte d'Entreprise

Pour l'Architecte d'Entreprise (AE), la donnée métier est le véritable actif immatériel de l'entreprise, et la création de valeur n'est qu'une séquence de transformation de la données (meta information) qui s'effectue à travers les processus métier, en unité de temps, d'action et d'acteur, pour transformer les données. Il est donc fondamental de décrire, partager, challenger et capitaliser les processus métier de l'entreprise. C'est le domaine de l'architecture d'entreprise.

Évoluer ou Disparaitre

De nombreux forums d'architecture d'Entreprise se font quasiment tous l'écho de la difficulté que rencontre la profession, trop souvent à l'étroit dans une Direction IT exclusivement tournée vers le passé et le présent, dans sa stratégie défensive de sauvegarde des meubles.

Le MCO (Maintien en Conditions Opérationnelles ) est certes important, mais ne doit pas être un frein à l'évolutivité du système. Cette stratégie défensive n'est pas bonne ; elle est même une ineptie, avec la maturité aujourd'hui du Cloud Computing qui remplace désormais les lourds investissements IT d'hier en une ligne comptable à cout variable. Le Cloud IAAS et PAAS est la garantie d'un service d'infrastructure optimisé avec un bien meilleur service, et moins cher, notamment pour les PME.

Il existe plusieurs raisons pour expliquer les risques de sortie de route de la DSI :

  • Des investissements lourd et tardifs, sans veille technologique,
  • Le virage du cloud a été loupé,
  • Une DG qui perçoit l'IT comme un centre de cout, et non de profit,
  • Un manque d’intelligence collective au board,
  • Un manque de visibilité sur le marché,
  • Des ambitions pas ou peu partagées (culture du secret).

La délocalisation de l'IT, dans le cloud, Oui, celle du SI, Non !

Mais comment modèle-t-on un Système d'Information (SI) ?

L’AE définit comment une Entreprise Opère (le « présent ») et se Transforme (le « futur ») : comment des Acteurs (Humains ou Ordinateurs) effectuent des Actions (Processus, Fonctions) à l’aide d’Informations (données).

L’Architecte ne définit pas la stratégie de l’Entreprise (quels produits, pour quels marchés, avec quels partenaires, sur quels territoires), mais cette stratégie est un « input » pour l’Architecture d’Entreprise.

Lorsque le fonctionnement de l’Entreprise devient trop complexe, il faut Modéliser ses Opérations pour qu’elles s’effectuent efficacement : le Modèle permet de comprendre, mémoriser, communiquer, former, guider les Acteurs, pour qu'ils travaillent ensemble.

La modélisation peut être globale via des Cartes (cartes d’Entités du métier, cartes de Processus, cartes de Fonctions, cartes de Blocs, cartes de Services...) ou détaillée.

Le modèle détaillé comprend 3 parties :

Le Modèle d’Acteurs,

Le modèle d'action, on distingue :

  • le Modèle de Processus (Vendre, Produire, Gérer) ;
  • le Modèle de Fonctions qui composent les Processus (Tarifer, Imprimer) ;
  • les Procédures : la check-list du pilote mono acteur.

Et les Modèles d’Informations des Contacts, Personnes, Client, Produit, Contrat, Compte...

Quelques bonnes pratiques d’Ingénierie pour accroître l’agilité

La promotion des bonnes pratiques d'ingénierie est au cœur des préoccupations des Architectes d'entreprise, pour accroitre l’Agilité (Issue des travaux du CEISAR) :

  • Rechercher un Modèle unique partagé par les Métiers et l'IT pour éviter les malentendus.
  • Définir un langage Métier rigoureux pour faciliter la communication entre Métier et IT.
  • Réutiliser des Composants sous toutes les formes pour diminuer la charge de travail.
  • Modéliser le Coeur-Métier avant l’Organisation.
  • Appliquer chaque fois que possible l’Approche Coopérative plutôt que l’Approche Contractuelle.

Pour appliquer ces recommandations, il faut faire évoluer les Rôles dans la Transformation et adapter les Organisations, ce qui suppose de Former les acteurs concernés.

En conclusion

Je dirais qu'il est fondamental que chaque fonction de l'entreprise soit bien connue des architectes d'entreprise, et que son terrain de jeu le SI doit être dissocié de celui des directions informatiques auxquelles on le rattache traditionnellement. Dans l'idéal, l'architecte d'entreprise joue une mi-temps dans chaque direction sous la responsabilité de la DG afin d'y percevoir et d'anticiper les besoins et exigences, et réinventer les cibles de demain, en fonction de la stratégie définie.

publicité