Il y a 10 ans naissait le Bitcoin, une cryptomonnaie anarchiste dont l’ambition était de révolutionner le système financier mondial. Aujourd’hui, si la cryptomonnaie n’a pas (encore ?) révolutionné le monde, la technologie de la Blockchain s’impose.

Offrir une monnaie alternative non soumise à l’ingérence des gouvernements et des banques, considérées comme responsables de la crise financière mondiale qui nous a frappée depuis 2008, tel était l’objectif initial des créateurs du Bitcoin ! Après une décennie - et sans que l’on sache encore qui se cache derrière le pseudo Satoshi Nakamoto, le créateur du Bitcoin - cet objectif est très loin d’être atteint, et les cryptomonnaies n’attendent, pour la plupart, qu’à rentrer dans le rang, celui d’une alternative d’échange, sécurisée mais sans grande influence.

Pourtant, une architecture brillante a été détectée derrière le Bitcoin, la Blockchain. Car en dehors de la génération d’un écosystèmes d’imitateurs, la cryptomonnaie est surtout à l’origine d’un phénomène. Le modèle décentralisé du grand-livre distribué pourrait bien en effet s’imposer dans de nombreux domaines. Bien loin de la complexité du minage et de la conversion des monnaies réelles en monnaies virtuelles, et vice-versa !

Bitcoin comme Blockchain doivent affronter de nombreuses critiques

Même en reposant sur une infrastructure de chaîne de blocs hautement sécurisée, le Bitcoin a été plusieurs fois piraté. Et ses adeptes se sont retrouvés dans l’incapacité de se retourner vers une autorité centrale vers laquelle faire exercer leurs droits (absents !). Les commerçants qui acceptent le Bitcoin sont rares. Quant aux crypto-devises qui se multiplient, la plupart sont condamnées à disparaître.

Un vent contraire souffle même aujourd’hui. En 2007, déjà, et avant même que le Bitcoin ne soit rendu public, un expert de The Economist avait affirmé “Les bitcoins et autres monnaies cryptographiques sont inutiles”. Aujourd’hui, The Economist, de nouveau, constate que 706 ICO ont collecté 18 milliards de dollars auprès d’investisseurs institutionnels et particuliers. Mais accompagne ce constat d’un commentaire, que les ICO s’exécutent dans un vide juridique...

Et certains experts commencent à déclarer que les avantages des blockchains seraient “surestimés”. De technologie prometteuse - merci de Gartner ! - la Blockchain est aujourd’hui considérée comme le fruit d’un battage publicitaire. Et la possible source d’une nouvelle bulle. Les mises en garde se multiplient… Sans aller jusque là, et alors que les projets pilotes se multiplient, un constat s’impose : la Blockchain est lourde, lente, et elle a un coût élevé dans le back office.

Par contre, considérée comme une couche de sécurité supplémentaire, la Blockchain s’impose, dans le suivi des transactions, la contractualisation, la supply-chain et le transport, le suivi des tâches administratives, etc. Alors, 10 ans après, prenons les cryptomonnaies pour ce qu’elles sont, un épiphénomène à l’avenir incertain, et laissons sa chance à la Blockchain, qui doit cependant encore faire ses preuves.

Image d’entête 917010898 @ iStock Photo Jesussanz

AUCUN COMMENTAIRE