La première édition du Baromètre des start-ups du numérique nous propose une vision trimestrielle consolidée de l'écosystème des start-ups françaises du numérique. Créé à l'initiative de Capgemini Consulting et de eCap Partner, le Baromètre des start-ups du numérique est une synthèse des start-ups françaises, de leur modèle et cycle de vie aux investisseurs. Le baromètre est décomposé en trois domaines synthétiques :

L'anatomie et le cycle de vie des start-ups du numérique

Une vision géographique des start-ups françaises du numérique, avec sans surprise une large domination de l'Ile-de-France où sont concentrées 61 % des start-ups. Une vision par activité, pilotée en majorité par le digital, avec sur le plan macro-économique, la domination du marketing et de la communication (16%), suivi par l’industrie du culturel, l’image et le media (9%) et les applications et technologies d’entreprise (8,3%). Le modèle d'affaires est dominé par le B2B (60%), puis le B2C (30%), l'hybride et le collaboratif s'octroyant le reste (10 %). Dans le cycle de vie des start-ups du numérique français, nous noterons que la première levée de fonds intervient en moyenne à 2 ans, pour un montant qui varie de 500 k€ à 2 millions €, la moyenne étant de 1 M€. L'intéressant tableau qui précède est un indicateur des tours de levées, délais, et montants moyens levés. Nous remarquerons en revanche une notable différence avec les start-ups américaines, les fonds d'amorçages, généralement consacrés au démarrage et premiers développements des solutions, sont oubliés. Les créateurs de start-ups françaises ont intérêt à disposer de fonds propres pour lancer leurs premiers travaux, nous pensons en particulier au 'love money'.

Les tendances et la dynamique d'investissement

Premier constat, la French Tech a réalisé 405 levées de fonds pour près d'un milliard d'euros en 2015, soit une augmentation annuelle de plus de 100 %. Le montant moyen levé s'affiche également en augmentation, en moyenne 2,6 M€ en 2015. L'éphéméride sectoriel est également intéressant. Toute mesure gardée - il faudrait pondérer ces chiffres avec le nombre d'acteurs et les montants levés par secteur - notons que les secteurs traditionnels des télécoms, du marketing, des technologies d'entreprise et du culturel se portent bien, que les FinTech explosent, et que la santé, la beauté, et l’économie sociale et solidaire émergent. Nous constatons en revanche, et il est dommage que cela n'apparaisse pas dans le baromètre, une multiplication des créations anecdotiques fortement liées à l'e-commerce, dont l'avenir nous semble douteux, mais qui parfois arrivent à lever des fonds.

Identité et comportement des investisseurs

Cette dernière partie du Baromètre des start-ups du numérique analyse le comportement des quelques 500 acteurs actifs du financement des start-ups en France et en 2015. Ils sont de 5 types : les fonds d'investissement (60 % des transactions en 2015), plutôt orientés vers les secteurs les plus dynamiques ; les business angels, pour les start-ups plus jeunes et moins gourmandes à cette étape ; les fonds corporate d'entreprise, destinés à des start-ups plus matures et qui répondent à des problématiques plus proches  de ces investisseurs ; la BPI, plus proche des territoires, avec des montants plus importants, et pour les entreprises – peut-on encore parler de start-ups à cette étape ? - encore plus matures ; et le crowdfunding, encore anecdotique mais bien pratique pour les plus jeunes pousses à la recherche de fonds plus limités. Le développement des investissements étrangers serait plus anecdotique s'il ne concernait en priorité les levées importantes. De toute évidence, ces investisseurs cherchent les pépites technologiques, nous en avons, ou les futures licornes (start-ups valorisées au dessus du milliard €), mais là nous en manquons douloureusement. Ces investisseurs sont également le prémisse au départ du meilleur de nos jeunes pousses vers des cieux plutôt anglo-saxons, Londres ou la Silicon Valley par exemple. Pour accéder au Baromètre des start-ups du numérique français : http://www.barometre-startups.org/   Image d'entête 46631060 @ iStock

AUCUN COMMENTAIRE