Le ‘thick client’ ou client lourd est une pratique imposée par la nécessité de prendre en charge les anciennes applications Windows. Comment intégrer ces applications héritées redondantes dans une stratégie mobile ?

La transformation numérique des espaces de travail se heurte à un certain immobilisme des utilisateurs, et souvent, il ne faut pas le négliger, des dirigeants de l’entreprise et des services informatiques. Les anciennes applications Windows appartiennent à leur héritage et semblent constituer une zone de confort. C’est ainsi que ces applications du ‘client lourd’ constituent un obstacle à la mobilisation des workflows dans une stratégie de mobilité.

Les arbitrages de la direction générale se tournent généralement vers la prise en charge de ces applications afin de satisfaire les utilisateurs les plus enclins à ne pas bouger ! Deux options sont alors disponibles pour la DSI : soit refactoriser ces applications ; soit complètement les redessiner. Dans tous les cas, les risques sont de recréer la roue alors que des applications mobiles existent, et de rendre les applications héritées redondantes. Le DSI devra évoluer prudemment afin d’éviter de recréer les applications existantes en version mobile.

Moderniser ou virtualiser ?

Deux possibilités sont offertes :

  • Remplacez les applications exclusivement Windows par des applications prenant en charge non seulement les interfaces Web et mobiles, mais également une expérience multicanal telle que la voix et la réalité augmentée.

La modernisation des applications impliquera également la construction d'une couche de médiation API dans le cadre d'une architecture de services maillés afin de dissocier la complexité du back-end des clients frontaux. Mais au final cela peut être une bonne chose pour le long terme, car ces applications ouvrent la voie à une ère post-application.

  • Diffuser des applications Windows à distance via la virtualisation.

Les utilisateurs se connectent à des applications Win32 ou à des postes de travail à partir d'un périphérique mobile et interagissent avec le bureau virtuel via un protocole d'extrémité mobile et un protocole d'affichage à distance. En tant qu'approche à court terme pour la mobilisation d'applications professionnelles, cela peut être une alternative viable.

Priorité à l’expérience utilisateur

Selon les analystes du Gartner, l’expérience utilisateur est l’un des principaux défis des bureaux virtuels. Les clients associent également aux périphériques des fonctionnalités de type GPS ou appareil photo qu’ils entendent retrouver dans les usages, alors que la taille et la résolution de l’écran, et la méthode de saisie peuvent être sources de difficultés.

Pourtant, la virtualisation est une approche tactique et pragmatique de la fourniture d’applications Windows. Elle passe par la centralisation des applications, avant d’explorer d’autres options offrant des coûts plus réduits comme des clients légers, ou des postes de travail non Windows, sur lesquels afficher les applications Windows.

Respecter l’héritage Windows

Ainsi l’utilisateur peut tourner vers un catalogue d’applications et de services, agrégateur d’espace de travail qui offre l’avantage d’un contrôle centralisé qui permet de proposer la bonne application au bon moment et à la bonne personne. Les conteneurs ont leur rôle à jouer, car sous contrôle de la DSI ils permettent d'utiliser les fonctionnalités de la plate-forme mobile telles que les notifications push, la mise en cache hors connexion, l'interface utilisateur tactile et les capteurs de périphérique.

La DSI pourra alors fournir un espace de travail qui respecte l’héritage Windows sous la forme d’un bureau Windows virtualisé, sur une infrastructure éventuellement fournie et maintenu par son partenaire, tout en gardant la main sur le dimensionnement, la création d’image et les droits d’accès. Que ce soit en mode SBC (Single Board Computeur) ou client léger, VDI (Virtual Desktop Infrastructure) ou DaaS (Desktop-as-a-Service).

Source : Etude Gartner “Spotlight: Put Employees at the Center of your IT Strategy in 2019 (cliquer ici)

Image d’entête 525037240 @ iStock Photo sidop

AUCUN COMMENTAIRE