Dans son rapport annuel sur l’état des salaires des profils technologiques, Hired montre que les salaires moyens augmentant dans presque tous les marchés américains et internationaux et les entreprises les plus innovantes valorisent autant l’expérience que les diplômes.

Pour la quatrième année consécutive, Hired, la plateforme spécialisée dans le recrutement de profils technologiques, publie son rapport annuel State of Salary Report. Les enquêteurs ont analysé les données du marché, en se penchant plus particulièrement sur les salaires des travailleurs de la technologie mondiale, y compris les développeurs, les product managers, les DevOps et les designers.

En tenant compte des différences du coût de la vie, le rapport constate une augmentation généralisée des salaires, les États-Unis restant le pays le plus rémunérateur. « Si la différence de salaires est toujours élevée entre les États-Unis et l’Europe, ce ne sont pas les mêmes secteurs qui proposent les salaires les plus attrayants d’un pays à l’autre, explique Antoine Garnier-Castellane, directeur du bureau français de Hired. Outre-Atlantique, l’écosystème des technologies, très dense et hautement concurrentiel, pousse les nombreux acteurs du domaine à tirer les salaires vers le haut. En France, à l’inverse, ce sont des secteurs dits traditionnels qui proposent les salaires les plus attractifs, notamment pour garder des avantages concurrentiels face à leurs concurrents, grâce à la technologie ».

Le secteur de la vente au détail rémunère mieux ses développeurs

En France, l’étude montre que le secteur d’activité le plus rémunérateur pour les développeurs est celui de la vente au détail avec un salaire annuel moyen de 56,5 K€, suivent ensuite ceux des secteurs financiers (53 K€), la technologie (51,1 K€) et la communication (47,5 K€). Aux États-Unis, ce sont les secteurs des technologies (126,5 K€), du retail (125,6 K€) et des services financiers (122 K€) qui proposent les meilleures rémunérations. Au Royaume-Uni, le secteur de la distribution est, à contrario, le secteur qui rémunère le moins bien les développeurs (67,5 K€), devancé par les services financiers (73,8 K€), la communication (70,2 K€) et la technologie (67,5 K€).

01

L’expérience vaut le diplôme pour certaines entreprises

L’étude constate une évolution intéressante également au regard des diplômes versus l’expérience. « Des géants de la tech comme Apple, Google et PayPal se sont éloignés des exigences traditionnelles en matière d’éducation et s’intéressent de plus en plus à des candidats possédant des compétences techniques spécifiques très demandées, et de l’expérience dans de précédents emplois qui ne peuvent être acquises dans le cadre d’études supérieures », détaille le rapport.

Bien que l’obtention d’un diplôme d’études supérieures puisse présenter de nombreux avantages, cette année, la question a été posée aux travailleurs de la technologie qui ont obtenu une maîtrise ou un doctorat et voici leurs réponses dans le graphique ci-dessous :

02

Les experts de Hired ont également constaté que les entreprises sont de plus en plus ouvertes sur les formes alternatives d’apprentissage, les bootcamps de codage gagnent leurs galons comme une alternative légitime aux diplômes universitaires par exemple.

Sources : Hired

AUCUN COMMENTAIRE