Lorsqu'un poste au sein d'une organisation n'est pas occupé, il peut être tentant de répartir ces responsabilités entre les autres employés du personnel. Cependant, il y a une myriade de risques inhérents associés à la vacance d’un poste avec une perte de CA non négligeable, estiment les études.

Les entreprises sont confrontées à un environnement commercial en constante évolution avec la pression concurrentielle et la recherche de l’efficacité et de la rentabilité. Dans un monde idéal, cette accélération de l’évolution technologique serait accompagnée d’un effort de formation qui permettrait de fournir les cohortes de travailleurs qualifiés pour faire face à la demande.

Malheureusement, il n’en est rien et la demande d’une main-d’œuvre qualifiée et dûment formée ne trouve pas de réponse adéquate, et ceci est vrai pour tous les pays et toutes les industries. Pourtant, les nouvelles technologies offrent d’énormes avantages potentiels. L’intelligence augmentée et artificielle (IA) permet aux organisations et aux individus de travailler à un rythme plus efficient et précis. Les recherches de PwC montrent que le PIB pourrait être jusqu’à 14 % plus élevé en 2030 du seul fait de l’IA, soit l’équivalent de 15,7 billions de dollars de plus.

200 000 € de pertes par emploi vacant et par an

La transformation numérique entraîne une aggravation de l’inadéquation des compétences, ce qui, à son tour, nuit à la productivité. Selon une étude réalisée par PwC, 79 % des PDG s’inquiètent de l’indisponibilité des compétences clés. Le livre blanc de l’UE sur la croissance de l’Europe (publié en mars 2017) estime à 700 000 la demande de travailleurs dans les TI dans l’UE d’ici 2030.

Ce manque de compétences dans certaines industries et la perte de revenus qui en découle coûtent jusqu’à 200 000 euros par emploi vacant et par an. D’ici 2030, 8,5 billions de dollars US de revenus non réalisés seront attribués à des pénuries de talents, dont 162 milliards de dollars US seulement aux États-Unis (étude Korn Ferry Institute, mai 2017).

Quatre mesures pour combler le fossé des compétences

Maximiser les avantages de la technologie sur le plan de la productivité n’est pas seulement une question de stratégie d’investissement, c’est aussi une question de compétences humaines s’appuyant sur une main-d’œuvre motivée. Les décideurs devraient se concentrer sur quatre impératifs :

  1. Repenser la mesure de la productivité pour tenir compte des avantages sociétaux,
  2. Accélérer l’adoption des technologies,
  3. Encourager la formation continue de la main-d’œuvre,
  4. Promouvoir des pratiques efficaces de gestion des membres du personnel.

Sources : diverses

AUCUN COMMENTAIRE