Il l’avait promis, Apple a changé ses règles et nettoyé la base des apps de son App Store, ce qui a eu pour effet de réduire le nombre des applications disponibles. Un exemple à suivre pour Google…

Entre le non respect des obligations techniques, les clones et le spam, les bibliothèques d’apps regorgent d’applications qui n’y ont pas leur place…

Dès 2016, Apple avait annoncé des changements importants qui combinent une série de facteurs :

  • Une application plus stricte de ses directives, en particulier la mise à jour de toutes les applications vers l’architecture 64 bits ;
  • La suppression des applications obsolètes ou abandonnées (non téléchargées depuis un délai de plusieurs années), ainsi que de celles qui ne fonctionnent pas comme prévu.

En 2017, Apple est allé plus loin en nettoyant sa base d’apps des clones (applications basées sur des modèles) et des applications de spam. Seule la crainte exprimée par les PME, qui estiment la difficulté pour elles à rivaliser avec les apps des grandes organisations ou des spécialistes du Web, a ralenti les velléités de la firme à la pomme…

app-store-1

La sévérité d’Apple

Résultat, alors qu'en 2017  Google a enregistré une progression de 30 % de son volume d’apps, qui est passé à 3,6 millions d’applications, dans le même temp Apple a perdu 5 % de ses apps, qui sont passées de 2,2 à 2,1 millions d'applications.

Le changement est même plus profond qu’on ne l’imagine. Sur Android, les développeurs ont lancé 1,5 million de nouvelles versions, soit 17 % d’apps supplémentaires. Dans le même temps, les développeurs iOS n’ont lancé que 755.000 nouvelles applications, en baisse de 29 %, un record depuis 10 ans !

app-store-2

Les développeurs iOS sont-ils moins nombreux ou prolifiques que les développeurs Android ? La réponses est négative et se trouve ailleurs, dans la sévérité d’Apple, à la fois sur l’autorisation des apps, et sur la répression du spam et des clones.

Les développeurs iOS portent sur Android

Autre constat, une forte partie des apps Android proviennent du portage d’applications iOS sur la plateforme Google Play. Il y a largement plus de deux fois plus d’applications iOS qui sont portées sur la plateforme Android que l’inverse.

app-store-3

Aujourd’hui, environ 450.000 applications sont disponibles sur les deux plateformes iOS et Android, soit à peine plus de 83,5 % de l’ensemble des apps mobiles. Des chiffres qui confirment la difficulté pour les développeurs d’une entreprise ou d’un éditeur de maintenir des applications sur plusieurs plateformes à la fois.

Vers la fin des apps non-natives ?

Derrière ces phénomènes liés aux apps se cache une autre tendance, qui vient battre une idée fausse : il y a de moins en moins d’applications développées sur des frameworks non natifs, c’est à dire sur des plateformes de développement autres que celle proposées ‘nativement’ par Apple et Google !

app-store-4

De nouveau c’est le travail d’Apple et de Google, qui ont introduit de nouveaux langages plus modernes et amélioré leurs plateformes, qui a permis de simplifier le développement des applications natives qui est à l’origine de ce mouvement. Notons que les plateformes non-natives les plus exploitées sont Cordova et Unity.

Quelles apps dans quels pays ?

Dernier enseignement de l’étude, les catégories d’apps les plus populaires, celles qui reçoivent le plus de nouvelles applications, varient selon les pays où elles sont produites. Même si le principal vient des Etats-unis, avec 33,5 % de la production, suivis par la Chine (15,9%) et l’Inde (5,31%). Notons la 8ème position de la France, avec 2,1 % de part de marché.

app-store-5

Les jeux sont la catégorie la plus populaire. Ce qui explique pourquoi Apple et Google en ont fait une catégorie de premier plan sur leur app store respectif…

Source : Rapport « Mobile Trends for 2018 » d’Appfigures

Image d’entête 903972332 @ iStock INueng

AUCUN COMMENTAIRE