Menée auprès de 1 250 décideurs en charge de la sécurité au sein de moyennes et grandes entreprises aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne et aux Pays-Bas, une étude de Citrix montre que l’expérience utilisateur est importante. Ce qui ne facilite pas le maintien d’un niveau élevé de sécurité…

Aujourd’hui, les employés travaillent partout et à tout moment, en utilisant parfois leurs appareils personnels pour accéder aux ressources et applications cloud de l’entreprise.

Résultat, la surface d’attaque n’a jamais été aussi étendue et de nombreux services informatiques éprouvent des difficultés à protéger leur périmètre. Extraits de l’étude de Citrix « The State of Security in a Hybrid World », des chiffres parlent d’eux-mêmes :

  • 78 % des décideurs français spécialistes de la sécurité déclarent que les procédures et les contrôles ont gagné en complexité suite à l’avènement du travail hybride et à distance.
  • 69 % d’entre eux ont du mal à faire face à l’augmentation des menaces de sécurité provoquée par l’émergence de ces nouveaux modèles de travail.

La situation devient donc difficile à gérer pour ces professionnels. Les cyberattaques sont de plus en plus fréquentes et sophistiquées. Et pour ne rien arranger, les salariés veulent pouvoir travailler partout et à tout moment, comme ils le souhaitent, avec les applications et appareils de leur choix.

Outre des décideurs chargés de la sécurité, Citrix a également interrogé 3 603 spécialistes de l’information. Résultat, 64 % des répondants français considèrent qu’il est « extrêmement » ou « très important » de pouvoir travailler à distance ou à domicile, sur n’importe quel appareil. Cela devient une priorité.

Les organisations les plus avisées en ont conscience :

  • 86 % de l’ensemble des personnes interrogées dans le cadre de l’enquête reconnaissent qu’il est « extrêmement » ou « très important » de créer une expérience transparente pour les collaborateurs.
  • Environ 9 répondants sur 10 mesurent l’impact de la sécurité de l’information sur l’expérience et la productivité des salariés.

La plupart des répondants prennent des mesures afin d’adapter le niveau de sécurité au contexte actuel et aux besoins des collaborateurs. 79 % des décideurs interrogés considèrent que la pandémie leur a permis de repenser entièrement leur stratégie de sécurité de l’information à long terme au regard de ces objectifs.

Pourtant les défis restent nombreux, dont les principaux sont :

  • Une mauvaise connectivité (43 %)
  • La gestion virtuelle des problèmes techniques (34 %)
  • L’impossibilité d’obtenir rapidement/facilement une assistance informatique (32 %).

Pourtant, 71 % sont convaincus que l’environnement IT de leur entreprise est désormais plus sûr qu’avant la pandémie et 84 %se sentent aujourd’hui « bien » ou « plutôt » préparés à protéger le personnel dans un contexte de travail hybride, à distance ou à domicile.

« Les services IT ont conscience que leur stratégie de sécurité doit évoluer au fur et à mesure de l’adoption du travail hybride, » explique Kurt Roemer, expert en stratégie de sécurité chez Citrix. « Ainsi, ils ont tout intérêt à délaisser les mécanismes classiques de commande et de contrôle au profit d’approches plus intelligentes et plus axées sur les individus, qui assurent la protection des collaborateurs sans compromettre leur expérience. »

publicité