Augmentation des heures de travail, de la productivité et de la responsabilité, abaissement des pauses et des vacances, réduction des effectifs, la charge de travail des salariés français s’est fortement accrue depuis un an.

Ce n’est pas un épiphénomène, mais bien une tendance qui pourrait bien s’installer dans la durée : depuis un an, la charge de travail des salariés français s’est largement accrue, comme le constatent 77 % d'entre eux, ce qui a eu pour conséquence d'accroître leur niveau de stress.

charge-travail

Cette croissance se mesure pour 8 salariés sur 10 par une augmentation des heures de travail effectuées, et par une réduction du temps consacré aux pauses, aux vacances et à la famille.

Plus de travail, mais pas de recrutement

L’accroissement du volume de travail se traduisait jusqu’à présent, mathématiquement serions nous tentés de dire, par un accroissement des effectifs. Mais c’est la seconde tendance qui s’impose, les entreprises ne compensent plus, et les effectifs demeurent au mieux inchangés…

C’est ainsi que, pour les salariés français qui font le constat de l’augmentation de leur charge de travail, ils constatent également que pour :

  • 47 % - les effectifs restent stables ;
  • 34 % - les effectifs ont baissé.

Plus de responsabilités et plus de productivités

Comment les salariés peuvent-ils supporter ce surcroît de travail ? La réponse qu’ils apportent est double :

  • 53 % ont vu leur productivité augmenter ;
  • 47 % se sont vus attribuer plus de responsabilités.

L’augmentation de la productivité est en partie liée à l’accroissement de l’usage des outils numériques, avec les salariés français qui disposent de :

  • 32 % - un CRM ;
  • 28 % - une gestion de projet ;
  • 24 % - des outils collaboratif.

Stress à la hausse, vacances à la baisse !

Mais chaque situation a son revers. L'augmentation de la productivité est également à rechercher dans la réduction des pauses, en nombre pour 41 % des salariés et en durée pour 46 %. Autre effet, et un triste record, 40 % des salariés français ont réduit la durée de leurs vacances, plus que dans tout autre pays européen ayant participé à l’enquête.

La contre-partie de cet accroissement de la charge de travail, c’est l’augmentation sensible du niveau de stress au travail. 60 % des salariés français ont constaté son accroissement. Le phénomène est pire encore en Grande-Bretagne (62%) et en Allemagne (65%) !

Jusqu’où les salariés pourront-ils supporter l’accroissement des volumes de travail, avec ses corollaires, et son stress ? La question mérite triplement d’être posée : d’abord pour l’humain qui reste le coeur de l’entreprise, quoi qu’on en dise ; ensuite par la faible sensibilisation de la gestion des talents pour beaucoup d’entreprise qui vont bientôt se retrouver dans une impasse, coincées entre le manque de compétences, de formations et de ressources ; et la perspective politique qui pourrait prolonger cet état d’abandon...

Source : Etude Wrike octobre 2016

Image d’entête 74556203 @ iStock Chaliya

AUCUN COMMENTAIRE