Après une focalisation sur la santé des particuliers avec les impacts de la pandémie, on commence à peine à s’intéresser aux effets sur les entreprises. Bien que généralement négatives, ces conséquences amènent les entreprises à remettre en cause leurs modèles économiques et à se réinventer. A l’aube de 2021, sommes-nous les témoins privilégiés d’un véritable tournant du monde de l’entreprise ? Des pans entiers sont en train d’être revisités. Quels sont ces chantiers en cours et comment les entreprises peuvent-elles participer à leur réalisation ?

S’approprier les mutations dans l’organisation du travail

La crise sanitaire, que nous vivons en ce moment, a vulgarisé pour beaucoup le travail collaboratif virtuel. Cela implique une collaboration virtuelle de qualité avec une utilisation quotidienne importante des plateformes de communication et de partage de contenus comme Zoom, Microsoft Teams ou encore Google Workspace. Nous avons ainsi constaté que l’Homme pouvait être très productif dans un écosystème sans déplacements professionnels à condition d’adopter et de s’approprier ces différents outils et de vivre au mieux le travail à distance avec un subtil équilibre entre la vie privée et la vie du bureau à la maison. Si la migration vers le cloud était déjà en cours, elle a fortement été favorisée par cette pandémie, si bien que nous utilisons plus que jamais des outils de collaboration incontournables qui ont pris le relais dans notre vie professionnelle. Il est indéniable que les entreprises ont bien mieux géré cette période d’incertitudes que prévu.

Les entreprises réfléchissent au meilleur moyen d’assurer leur bon fonctionnement à moyen terme ; toutefois, elles doivent tenir compte de l’état d’esprit de leurs employés. Car selon plusieurs études, 8 salariés sur 10 souhaitent continuer à faire du télétravail. Les entreprises doivent intégrer les desiderata des salariés dans la gestion de leurs activités économiques en tenant compte des besoins en équipements informatiques, en connectivité performante et en sécurité. Un élément fondamental doit également être pris en compte, à savoir le bien-être des collaborateurs. Cette situation inédite amène les entreprises à se préoccuper de la santé mentale et physique des équipes dans un contexte particulièrement anxiogène. Le leadership doit donc s’adapter et faire preuve d'une grande empathie, mais aussi d’une grande adaptabilité.

L'oligopole traditionnel des entreprises doit être fortement repensé pour espérer survivre et prospérer. Innovation et inclusion vont donc de pair, d’autant que le télétravail a entraîné une structure horizontale des hiérarchies, les frontières physiques et symboliques de la vie de bureau s’étant estompées. Cela a permis l’émergence d’un environnement plus inclusif où les individus, indépendamment de leur origine, foi ou identité sexuelle, ont pu travailler en équipe. Les entreprises doivent donc tirer les leçons de cette évolution et bannir tous les préjugés systématiquement en faveur du présentéisme et contre le travail à distance.

L'innovation passe par des frictions interpersonnelles, c’est pourquoi la création en interne et avec différentes entreprises est essentielle. Il convient alors d’apprendre à optimiser son esprit dans un environnement virtuel, en mettant de côté les perceptions générales vis-à-vis du télétravail et en restant à l’écoute. Aujourd'hui, si toutes les entreprises évoquent ces problématiques en théorie, peu passent à la pratique, en premier lieu faute de moyens technologiques. Car pour connecter les individus entre eux dans ce contexte, il faut au préalable les connecter à un réseau adapté à la crise et au télétravail de masse qu’il a impliqué.

Optimiser la connectivité face au télétravail de masse

Réaliser ces objectifs impose donc une meilleure connectivité chez soi. Avec le niveau de technologie actuel, utiliser Zoom, Google et Netflix en même temps n’est en effet pas tenable. Il faudra donc, pour 2021, analyser comment les réseaux définis par logiciel (SDN) peuvent aider à adapter le haut débit domestique. Cela signifie que les entreprises spécialisées dans la connectivité devront elles aussi s'adapter, car l’enjeu ne consiste plus seulement à connecter des bureaux entre eux : la nouvelle dynamique du télétravail met davantage l'accent sur la fibre optique dans les data centres et sur des technologies telles que le SDN et le NFV. Dans un monde où le télétravail concerne plus de 4 salariés sur 10 dans certains secteurs comme celui de la banque ou des nouvelles technologies, selon une enquête menée par Odoxa, les fournisseurs de services réseau ont un rôle prépondérant à jouer.

Le désormais célèbre terme « monde d’après » commence dès 2021, et il exige un grand bouleversement dans la fourniture de services réseau et dans la manière dont les engagements sur les niveaux de services fonctionnent, puisque le centre d'opérations du réseau s’est déplacé du bureau vers le domicile de chacun. Les entreprises ont donc plus que jamais besoin d’engagements sur les niveaux de services basés sur l'expérience. Il faut donc que les technologies de connectivité et de migration vers le cloud fonctionnent à la demande, avec une flexibilité permettant de solliciter tout service de haut en bas.

Le « monde d’après » est également sur le point de transformer les écosystèmes vers davantage d’interdépendances. En 2021, les sociétés de sécurité, les développeurs de plateformes comme Microsoft et Google, les fournisseurs de services de connectivité, les producteurs de contenus et les opérateurs de data centres travailleront de plus en plus en étroite collaboration. Le responsable informatique disposera ainsi d'un guichet unique composé des meilleurs composants sous-jacents, ainsi que de consoles d'approvisionnement et de reporting accessibles en un seul clic.

Le statu quo préexistant à la crise pandémique n’est donc plus envisageable. Les entreprises doivent réévaluer leur vision de la connectivité, afin de pérenniser la relation entre les individus, le travail d’équipe et la bonne santé psychologique de chacun. En ce sens, 2020 a planté involontairement les graines d’une société nouvelle. Espérons que 2021 la verra éclore !

Par Keri Gilder, CEO de Colt Technology Services

publicité