De prime abord, bon nombre de dirigeants tendent à penser qu'en entreprise, l'ouverture est synonyme de chaos… Pourtant, il s'agit d'un modèle ordonné conférant aux individus et aux idées l'horizon nécessaire pour prospérer. La transition vers une entreprise dite "ouverte" répond simultanément à des enjeux d'ordre éthique et de gestion. Cette approche permet d'engager l'ensemble des effectifs de l'entreprise autour d'objectifs communs dans l'optique d'enregistrer des résultats commerciaux positifs.

Selon les préceptes de ce modèle ouvert, la gouvernance encourage la concertation à tous les niveaux hiérarchiques. Ce faisant, la direction obtient des informations précieuses dont elle peut tirer des décisions éclairées pour produire un impact positif sur l'entreprise, ses effectifs et les processus qui la font vivre. Dans ce contexte, le rôle de la technologie est essentiel.

Aller de l'avant à un rythme plus soutenu

Les dirigeants avant-gardistes ont compris que la technologie et la culture sont inextricablement liées. Cependant, l'introduction de nouvelles technologies et de nouvelles idées dans une grande entreprise peut s'avérer complexe. Les problèmes peuvent survenir au niveau technologique comme au niveau culturel.

Dans une entreprise ouverte, ou plus inclusive, ces questions sont généralement abordées en amont de la mise en œuvre d'une nouvelle technologie ou idée. De plus, les nouvelles initiatives peuvent être déployées progressivement, ce qui permet de mesurer leur efficacité et d'aplanir les éventuels problèmes avant de les mettre en œuvre à plus grande échelle. Malgré le déploiement progressif, ce processus permet aux entreprises de tester et de mettre en œuvre rapidement de nouvelles applications. C'est vital durant la période incertaine que nous connaissons.

Ainsi, les PDG qui pilotent les entreprises les plus ouvertes et les plus inclusives ont été en mesure de transformer leurs entreprises beaucoup plus rapidement. Ils ont pu tirer pleinement parti de l'agilité offerte par le cloud hybride et ainsi accélérer la transition de leur entreprise vers le cloud-native.

Avant la pandémie, la plupart des entreprises pensaient qu'il leur faudrait des années pour opérer leur transition vers le "cloud-native". Or, bon nombre d'entre elles ont réussi à le faire à une échelle sans précédent en quelques semaines seulement, et ce, surmontant d'immenses obstacles techniques, organisationnels et logistiques pour déployer des infrastructures distribuées reposant sur le cloud. Ces infrastructures sont articulées autour d'une architecture reposant sur le cloud hybride comprenant des serveurs d'entreprise, des datacenters et des plateformes de cloud privé et public. Ainsi dotées, elles sont en capacité de prendre en charge les applications cloud-natives.

Adopter une infrastructure Open Source

L'entreprise ouverte adopte plus facilement le modèle cloud-native. De fait, la gouvernance a accès aux données requises pour identifier les technologies qui répondront le mieux aux besoins de l'entreprise. Le PDG bénéficie par ailleurs du soutien de ses équipes, ce qui lui confère une plus grande stabilité pour mettre en place de nouveaux processus, de nouvelles directives ou applications. Cette situation est avantageuse à plusieurs égards.

Tout d'abord, l'entreprise disposera d'un cadre Open Source lui permettant d'adopter rapidement et facilement des solutions "natives". Lorsque les "hyperscalers" ont commencé à élaborer leurs propositions numériques, ils les ont construites sur des architectures basées sur le cloud. Si certaines des entreprises les plus établies ont rapidement rattrapé leur retard, elles dépendent toujours d'une infrastructure existante qui ne peut être supprimée du jour au lendemain. Les systèmes existants ont encore un rôle crucial à jouer dans le soutien des processus de base. Ils doivent être maintenus, puis progressivement mis à jour ou remplacés, sans nuire au bon fonctionnement de l'entreprise.

L'entreprise ouverte peut trouver un juste équilibre entre la maintenance et la mise à niveau des anciens systèmes vitaux afin de maintenir l'éclairage tout en favorisant l'innovation par l'introduction de nouvelles applications et de nouveaux services cloud-natif Cette démarche est fluidifiée par l'adoption Kubernetes, un projet Open Source permettant aux développeurs internes d'automatiser la gestion d'un grand nombre d'applications conteneurisées.

Combinés, ces efforts libèrent le temps et les ressources nécessaires au développement de nouvelles applications phares qui feront écho auprès des consommateurs finaux, ou encore de processus d'entreprise permettant de réaliser des gains d'efficacité et de coûts.

Devenir un PDG Open Source

Exercer la fonction de PDG est un exercice d'équilibre délicat. Son rôle est de faire progresser l'entreprise, tout en restant très attentif au paysage concurrentiel et aux questions RSE susceptibles d'avoir une incidence sur les performances.

La grande majorité des entreprises continuent de gérer leurs opérations à distance. Malgré cela, elles se préparent pour le jour où elles seront en mesure de faire revenir leurs équipes sur leur lieu de travail. L'avenir est encore incertain, et les entreprises doivent se parer à toute éventualité. Les entreprises ouvertes ont montré leur confiance dans l'Open Source. Or, ce modèle a démontré sa valeur en accélérant les stratégies axées sur le cloud hybride à un moment où les entreprises avaient besoin d'une infrastructure résiliente et flexible.

La stratégie digitale est intrinsèquement liée à la performance de l'entreprise. Les logiciels d'entreprise ne sont plus seulement le domaine du département informatique. Grâce à une meilleure visibilité des opérations numériques, les PDG peuvent réduire les dépendances de leur entreprise vis-à-vis des logiciels fermés et propriétaires qui limitent leurs possibilités de croissance. L'Open Source leur permet d'adopter une approche "failfast and failoften" qui accélère l'innovation. En créant un environnement qui favorise la collaboration et encourage l'émergence d'innovations, les entreprises ouvertes sont en mesure de déployer une stratégie numérique durable qui leur permettra de continuer à s'adapter et à s'améliorer, y compris dans un contexte incertain.

Par Jan Wildeboer, Open Source Evangelist chez Red Hat

publicité