Les événements passés exercent une influence significative sur les périodes qui suivent, du fait des ajustements qui doivent être entrepris pour adapter l’entreprise au nouvel environnement. Il s’agit non seulement d’améliorer la performance de celle-ci et préserver ses avantages concurrentiels, mais aussi de la doter d’une nouvelle agilité. Le numérique a notamment démontré son utilité lors de la réponse urgente à la pandémie soudaine. En se réorganisant et en raccourcissant les circuits de prise de décision, les entreprises ont introduit une agilité nouvelle et salutaire en cas de crise.

Par ailleurs, elles ont dû amortir les fluctuations d’un marché erratique évoluant au gré des confinements et des accélérations de rattrapage. Mega International n’a pas échappé à cette situation. « En 2019, nous avions un marché plutôt positif, mais l’année 2020 a été assez difficile en général, précise Tibère de Boissezon, managing director France, MEA, Northern&Eastern Europe chez Mega International. Le secteur logiciel a accusé le coup avec une baisse d’environ 5 %, ce qui reste faible par rapport à d’autres secteurs qui ont plus souffert. A Mega, nous avons connu une baisse d’activité de 9 % en 2020. Un recul qui s’explique par le fait que nous commercialisons des services pour la mise en place du logiciel et le temps que les entreprises s’organisent, nous n’avons pas pu rattraper la baisse du premier semestre 2020 ».

S’adapter aux nouveaux paradigmes de la transformation numérique

Bien que la crise ait eu un effet de yo-yo sur le marché des logiciels et les solutions cloud, elle a tout de même accéléré le rythme de la transformation numérique. Un nouveau paradigme qui permet aux entreprises de transformer leurs opérations et de lancer des produits qui offrent une expérience client optimale. En effet, le rebond qui s’est produit en 2021 est une illustration de cette accélération. Avec une croissance de 6 %, essentiellement tirée par le rattrapage de 2020, le marché a effacé les précédentes baisses. Mega International a connu une croissance plus de cinq fois supérieure aux performances de son marché. « Nous avons fait preuve d’une immense résilience avec une croissance de plus de 20 %, dépassant les chiffres de 2019 », rassure Tibère de Boissezon.

Mega International est une entreprise française présente dans le monde entier — Europe, Amériques, Asie-Pacifique et Afrique — qui propose des solutions logicielles permettant aux DSI de gérer au mieux leurs référentiels d’organisation et du SI. C’est un ensemble d’outils qui permet de centraliser les informations liées aux métiers, au système d’information, aux données et aux risques dans un référentiel commun.

L’automatisation et le SaaS : tendances fortes du marché

La croissance de la vente des solutions d’architecture d’entreprise en 2021 s’explique par le fait que la gouvernance de l’IT est de plus en plus automatisée. « C’est une nouveauté du marché que nous avons constatée durant la pandémie, précise Tibère de Boissezon. Les entreprises se sont rendu compte qu’elles avaient pris du retard dans leur transformation numérique et ont profité de l’avènement du travail à distance pour accélérer leur réorganisation autour du numérique. Cette tendance s’est concrétisée par un besoin de solutions logicielles proposant de la data intelligence et de l’automatisation ».

La capacité de travailler de manière décentralisée via le cloud est l’une des autres nouveautés qui se dégagent sur le marché. La généralisation du travail à distance dans les organisations à partir de 2020 a nécessité de refondre les SI, de moderniser la sécurité et de généraliser les VPNs et autres outils d’authentification. Tous ces investissements ont peu à peu abouti à une préférence croissante pour les solutions SaaS. « Le choix du SaaS est désormais un véritable levier de croissance du secteur logiciel. Parmi nos nouveaux clients, 60 % choisissent désormais une solution en SaaS, alors qu’ils n’étaient que 40 % en 2019 ».

La psychologie humaine désigne souvent les périodes d’après crise par des appellations qui marquent un passage, comme le « monde d’après », le « nouveau monde » ou la « nouvelle normalité », pour signaler que « ce qui a été, ne sera plus ». Cependant, si l’on y regarde attentivement la période qui s’annonce porte en elle les promesses d’une évolution, certes accélérée, mais dont l’objectif principal est toujours le même : l’alignement des actifs technologiques, des processus et de l’organisation sur les besoins de l’entreprise.

Par Tibère de Boissezon, managing director France, MEA, Northern&Eastern Europe chez Mega International