Alors que 66% des entreprises du numérique sont victimes de la pénurie de talents, elles doivent s’adapter aux nouvelles tendances dans le monde du travail pour recruter et fidéliser les experts indépendants.

Le Groupe Inop’s est un acteur qui met en relations des experts du numérique et des entreprises qui ont besoin de leurs compétences. Le groupe lance le premier baromètre de l’expertise du numérique : une étude sur le dynamisme du secteur Tech en France. Inop’s a interrogé 215 entreprises du numérique et plus de 1 000 freelances.

La première itération de l’étude montre, sans surprise, que le secteur de la Tech fait face à une pénurie de talents sans précédent, alors que les affaires n’ont jamais été aussi prometteuses pour les entreprises du numérique, dans un environnement où les mutations technologiques rendent les besoins encore plus urgents. D’après l’enquête, 70 % des entreprises vont finir l’année avec un CA en croissance, dont 19 % avec une croissance de plus de 30 %.

01

Freelance, le nouvel eldorado des experts du numérique

Parce qu’elles sont en pleine croissance pour cause de mutation technologique, les entreprises du numérique ont besoin de talents. Il faut dire que cet état de fait n’est pas nouveau dans le domaine des technologies de l’information. Ce segment de marché a régulièrement connu des pénuries, de techniciens et de DSI à son avènement, puis d’experts de toutes sortes allant des développeurs aux experts de la sécurité et des réseaux…

Selon l’enquête d’Inop’s, la principale raison de cette pénurie réside dans « l’incompréhension [par les entreprises recruteuses] des attentes des professionnels du numérique qu’ils soient salariés ou freelances ». Elle est accentuée par une tendance de fond analyse le rapport : « la fuite des talents vers le freelancing et la pluriactivité ». En clair, les entreprises doivent composer avec les nouvelles tendances qui influencent la conception du travail, comme le désir des indépendants d’avoir plus de contrôle, de flexibilité et d’indépendance dans leur travail.

Que veulent les indépendants ?

Les entreprises doivent donc s’adapter à cette nouvelle donne et s’efforcer de répondre aux attentes des indépendants pour mieux les fidéliser. Elles sont 76 % à faire appel à des indépendants pour leurs besoins en expertise. Voici les tendances résumant la philosophie des freelances :

  • 67 % des experts interrogés deviennent freelance par choix de vie et 26 % par rejet du salariat,
  • les freelances sont attirés par le contenu et les tâches de la mission (73 %) par le TJM (Taux journalier moyen) (50 %) et par le challenge de la mission (42 %),
  • les freelances préfèrent travailler pour des TPE/PME, des grands groupes ou des startups,
  • 40 % des freelances ne décrochent pas certaines missions à cause d’un désaccord sur le TJM et 23 % par manque de flexibilité du client,
  • 58 % des freelances pensent que la législation française doit évoluer en proposant un 3e statut intermédiaire pour les slashers. 30 % pensent qu’encourager la pluriactivité serait une bonne solution contre la pénurie de talents,
  • 41 % des freelances préfèrent travailler en collectif avec d’autres freelances,
  • 86 % des indépendants recommanderaient le freelancing à leur meilleur ami, car ce mode de vie est source de liberté, de flexibilité et d’absence de hiérarchie.

Sources : Groupe Inop’s

AUCUN COMMENTAIRE