Utilisée à l'origine pour les transactions financières, la blockchain séduit les e-commerçants. La transparence de la chaîne d’approvisionnement, ainsi que la demande d’amélioration du service à la clientèle et l’autogestion des transactions sont les principaux moteurs de cette expansion.

Popularisée à l’origine pour les transactions financières, la blockchain a étendu ses ramifications à d’autres secteurs, mais c’est le commerce de détail qui fait montre d’une véritable appétence pour les registres distribués et la chaîne de blocage. Après la finance, la technologie blockchain est en train de révolutionner le commerce de détail avec une croissance prévue de 65 % entre 2019 et 2025 selon Research and Markets. Les applications blockchain pour les détaillants reposent sur des registres autorisés qui sont contrôlés par des acteurs partenaires, appelés aussi mineurs, ce qui améliore la sécurité et la traçabilité.

Il faut bien constater que les bienfaits de la blockchain pour ce secteur d’activité sont nombreux. Sécuritaires en premier lieu : la demande des consommateurs pour des transactions rapides entraîne une forte augmentation de la fraude dans le commerce électronique et des coûts qui y sont associés. Soucieux de montrer patte blanche à un consommateur de plus en plus dubitatif, les e-marchands adoptent la blockchain pour rassurer, aussi bien sur les transactions que sur l’origine des marchandises vendues.

Rassurer grâce à la traçabilité

La traçabilité et la transparence de la chaîne d’approvisionnement deviennent des arguments commerciaux discriminants. Par exemple, Nestlé, le géant de l’agroalimentaire, a annoncé en juillet 2019 un partenariat avec OpenSC, une plateforme de gestion de blockchain, pour permettre à ses clients de remonter à l’origine de ses produits alimentaires. « Jusqu’à la ferme », assure Nestlé. Walmart fait de même de son côté avec un programme expérimental.

Un des autres aspects attractifs de la blockchain réside dans sa capacité d’exécution automatique de contrats, la fonction Smart contract ou contrat intelligent en français. Les termes du contrat sont intégrés dans la blockchain sous forme de code exécutable. Lorsque des conditions spécifiques sont réunies, le code informatique, les termes du contrat donc, s’exécute automatiquement. Sur ce point, toutes les études convergent, Smart contract devrait être largement adopté dans les années à venir pour sa capacité à automatiser certains processus.

Normer la technologie pour en assurer la diffusion

Dans l’industrie des télécommunications par exemple, où l’on s’attend à ce qu’il soit largement adopté, car il offre des possibilités d’automatisation des opérations internes, comme la facturation, la gestion de la chaîne d’approvisionnement et la gestion des stocks. Ceci sans citer la possibilité d’automatiser le processus de paiement pour les transactions en ligne et hors ligne. Il peut aider à économiser du temps et de l’argent pour les entreprises en supprimant les intermédiaires, qui facturent des frais supplémentaires pour l’authentification de la transaction. Et, cerise sur le gâteau, les entreprises économisent en dépensant moins en vérification et en comptabilité puisque ces processus sont automatisés.

Cependant, l’évolutivité et l’interopérabilité sont les facteurs nécessaires à l’adoption de la blockchain. Cela n’est possible que lorsque des normes sont établies, ce qui n’est pas encore le cas de la blockchain à l’heure actuelle.

Sources : diverses

AUCUN COMMENTAIRE