Une étude de Manpower sur l’emploi post-transformation numérique établit que les entreprises qui ont effectué leur transition devront améliorer les compétences de leurs employés pour devenir plus agiles avec la bonne combinaison de talents.

Pour la troisième années consécutive, Manpower a interrogé 19 000 employeurs dans 44 pays sur l'impact de l'automatisation sur la croissance de l'emploi au cours des deux prochaines années.

D’après l’étude, la question de savoir si les robots ouvriers remplaceront les emplois humains n’est pas pertinente par les employeurs. Car s’ils remplacent des emplois humains, les robots ouvriers, et la transformation numérique en général, en créent d’autres. « L'accent mis sur la suppression des emplois par les robots nous distrait du vrai problème, assure ManpowerGroup, car en réalité il s’agit d’adapter les compétences des employés via la formation ».

87 % des employeurs interrogés prévoient d’augmenter ou de maintenir leurs effectifs grâce à l'automatisation. En effet, après leur transition numérique, les entreprises prennent de l'expansion, et cette croissance crée de nouveaux types d'emplois. « Les entreprises qui automatisent déjà les tâches et progressent dans leur transformation numérique sont les plus confiantes quant à l'augmentation de leurs effectifs », affirme le rapport.

Intégrer les humains aux machines

Tous ceux qui pensent intégrer les machines aux humains se trompent, car la bonne démarche est d’intégrer les humains aux machines. En effet, les machines remodèlent les modes de fonctionnement, les processus et par conséquent les compétences nécessaires pour faire fonctionner ces machines, c’est donc l’homme qui doit s’adapter.

Les pénuries mondiales de talents sont à leur plus haut niveau depuis 12 ans et de nouvelles compétences apparaissent aussi vite que d'autres disparaissent. Les entreprises qui envisagent de développer des talents sont de plus en plus nombreuses, et cette tendance ne montre aucun signe de ralentissement.

L’apprentissage ne peut plus se faire comme avant

Un nombre toujours croissant de robots s'ajoute à la main-d'œuvre humaine. Il est urgent d’organiser la transition des compétences issues d'industries en déclin comme le textile pour des emplois dans des industries à forte croissance comme la cybersécurité, la fabrication intelligente et la conduite autonome.

La technologie est là pour rester et « il est de notre responsabilité, en tant que leaders, de devenir des directeurs de l'apprentissage et de trouver comment intégrer les humains aux machines. L'apprentissage d'aujourd'hui ne peut plus se faire comme par le passé », conclut le rapport.

Source : ManpowerGroup

AUCUN COMMENTAIRE