La transformation numérique bouscule les entreprises au point qu’elles en oublient souvent l’essentiel : disposer d’une infrastructure parfaitement huilée. Et dans un contexte de forte concurrence, la chaîne d'approvisionnement constitue l'un des piliers de l’activité quotidienne d'une entreprise.

Ne gaspillez pas votre argent, concentrez-vous sur les maillons prioritaires de votre business ! C’est en substance le rappel à l’ordre d’AlixPartners.

Ce cabinet américain de conseil en gestion a mené une étude auprès de 1 110 cadres supérieurs en Chine, en France, en Allemagne, en Inde, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Il s’agit de professionnels des secteurs de l’alimentation/boissons, des produits ménagers et de la santé/ beauté.

« À cause de la croissance du numérique, de nombreuses entreprises ont tout simplement jeté de l'argent par les fenêtres, ce qui a entraîné des milliards d'investissements gaspillés », a déclaré Brian Major.

Pour le directeur général de la division des produits de consommation chez AlixPartners, « il y a beaucoup d'erreurs coûteuses qui sont faites dans la poursuite du nirvana numérique. » Et, parmi celles-ci, il y a l’absence d’une supply chain optimisée.

Or, le concept de supply chain est passé d'un système linéaire à une architecture plus interconnectée. Ce qui exige notamment des communications fiables et sûres. Les entreprises doivent donc maitriser les différents rouages de ce maillon essentiel.

La création d'un réseau de fournisseurs externes et de partenaires de confiance est essentielle pour mener à bien la livraison et assurer une parfaite expérience client. Différentes mesures doivent être prises pour assurer son bon fonctionnement.

Surveiller tous ses fournisseurs

Différentes entreprises l’ont appris à leurs dépens : le point faible de leur sécurité informatique ne se trouve pas (nécessairement) dans leur SI ou dans celui de leur fournisseur de rang 1, mais dans celui de rang 2 !

Ce constat s’applique aussi à la supply chain. Il est indispensable de vérifier le niveau de sécurité et de performance de tous les fournisseurs, quel que soit leur rang. La moitié de toutes les perturbations proviennent de fournisseurs de niveau 2 et de niveau inférieur, selon Proofpoint.

« La chaîne d'approvisionnement s'étend au-delà des fournisseurs et des partenaires de confiance. Elle inclut des entreprises ayant plusieurs départements et niveaux de suivi des dépenses, possédant des services dans le cloud et d'autres relations ad hoc que l'on ne trouve généralement pas dans les systèmes de gestion des risques d'entreprise. Il est donc crucial d'identifier les emails à protéger, en dehors de ceux déjà pris en compte entre les fournisseurs connus, afin d'assurer une communication sécurisée avec chacun d'entre eux », explique Gérard Beraud-Sudreau, Vice-Président Europe du Sud chez Proofpoint.

Utiliser un logiciel de gestion de la supply chain

Comme Oracle le souligne, les chaînes d'approvisionnement sont aujourd'hui moins de chaînes qu'une collection de toiles. Avec la mondialisation de l'offre, les entreprises doivent gérer des relations beaucoup plus complexes qu’auparavant. Il est essentiel d'utiliser un bon logiciel.

Se focaliser sur le coût total de possession

Le prix que vous payez pour un produit n'est que la partie immergée. Selon Supply Chain Quarterly, seulement 25 à 40% des coûts des biens et services sont en acquisition.

Les coûts de stockage, de formation, de maintenance, d'impact environnemental, de mauvaise qualité ou de réclamations des clients doivent être intégrés dans le coût total. Il est nécessaire d’avoir un état d'esprit holistique plutôt que granulaire.

AUCUN COMMENTAIRE