La frontière entre sphère professionnelle et vie privée s’atténue. Pourtant, il est primordial pour les entreprises et leurs employés de faire valoir le droit à la déconnexion. Talkspirit vient de publier un guide complet sur ce droit.

Avec la montée en puissance du télétravail et la démocratisation des outils numériques, la frontière entre vie professionnelle et vie privée ne cesse de se réduire selon une étude du cabinet Eléas.

Pourtant, les organisations doivent respecter la loi, mais aussi garantir le bien-être des salariés, et in fine, préserver la santé de son entreprise.

Pour aider les dirigeants et les ressources humaines à y voir plus clair, Talkspirit publie un guide présentant différents conseils et exemples concrets pour appliquer ce droit.

Différentesthématiques sont abordées :

  • Les contours de la Loi Travail
  • Les enjeux du droit à la déconnexion pour l’entreprise et le salarié
  • Une méthodologie et des conseils concrets pour le garantir
  • Des exemples d’initiatives mises en place dans plusieurs entreprises françaises

Rappelons tout d’abord qu’avec la loi El Khomri (ou loi Travail) entrée en vigueur au 1er janvier 2017, ce droit à la déconnexion est devenu une obligation pour l’employeur. Elle oblige toutes les entreprises de plus de 50 salariés à négocier des règles de déconnexion lors des négociations annuelles obligatoires(NAO) sur l’égalité professionnelle et la qualité de vie au travail.

Cependant, il est loin d’être appliqué partout : en 2018, seules 16 % des grandes entreprises auraient instauré des règles de déconnexion. Pour quelle raison ? L’absence de sanction.

Infobésité

« Pourtant, au-delà des obligations légales, la violation du droit à la déconnexion peut avoir des effets désastreux, aussi bien pour l'entreprise que pour le collaborateur. Stress, épuisement, burn out, troubles du sommeil : les risques psychosociaux liés à l’hyperconnexion sont nombreux », rappellent les auteurs de ce guide.

Et surtout, le syndrome FOMO (fear of missingout), qui se caractérise par une peur de passer à côté d’une information importante entraine souvent une surcharge d’informations, aussi appelée infobésité.

Or, le droit à la déconnexion s’inscrit pleinement dans la démarche de qualité de vie au travail (QVT), qui est devenue un enjeu majeur pour les entreprises. « Une entreprise qui s’engage à garantir la QVT et qui favorise l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée aura donc plus de facilité à faire grandir et à conserver son vivier de talents », précisent les auteurs de ce dossier.

Faire appliquer le droit à la déconnexion ne peut pas se faire du jour au lendemain.

Pour réussir sa mise en place, il est nécessaire de procéder par étapes :

  • Analyser les habitudes et la charge de travail des collaborateurs
  • Communiquer sur le droit à la déconnexion
  • Formaliser des règles dans un accord collectif ou une charte
  • Sensibiliser les collaborateurs à l’usage des outils numériques
  • Former les managers et les inciter à montrer l’exemple
  • Et enfin, évaluer l’efficacité des actions mises en place

De la création d’une charte au déploiement d’un réseau social d’entreprise, en passant par l’organisation de formations, il existe de nombreuses initiatives pour encourager la déconnexion au sein des entreprises.

publicité