Même si le télétravail semble faire ses preuves, les entreprises doivent encore revoir leur culture interne et leur façon de gérer les salariés à distance selon une enquête internationale réalisée par VMware. Plus de 4 décideurs sur 10 craignent que leurs équipes aient du mal à se concentrer.

« Les problématiques rencontrées ces six derniers mois nous ont contraints à nous adapter rapidement à de nouvelles pratiques où travail n’est plus synonyme de bureau. Le futur du travail a d’ores et déjà pris la forme d’équipes dispersées. Et les résultats sont là : productivité et moral en hausse, meilleure collaboration et opportunités de recrutement accrues », déclare Kristine Dahl Steidel, vice-présidente de la division EUC de VMware pour la région EMEA.

Mais ce constat est-il partagé par tous les professionnels ? S’appuyant sur une étude réalisée par Vanson Bourne en juin et juillet 2020, le rapport « The New Remote Work Era: Trends in the Distributed Workforce » de VMware pointe justement des sources de malentendus et de blocages potentiels.

D’un côté, la mise en place du télétravail apparait comme une nécessité. Mais elle représente aussi un… défi.

Selon 66 % des Français, les entreprises ont pris la mesure des avantages du télétravail et ne pourront pas faire marche arrière. Mais un tiers considèrent que la culture au sein du conseil d’administration de leur entreprise dissuade de recourir au télétravail !

Cette difficulté d’intégration ressort d’une étude menée par VMware auprès de 2850 professionnels de la région EMEA, dont des dirigeants d’entreprise, des responsables RH et informatiques.

Manque de concentration au travail

La proportion de salariés français considérant la possibilité de travailler à distance comme essentielle et non pas uniquement comme un privilège a augmenté de 51 %. Près de deux tiers (66 %) admettent que leur organisation tire désormais profit du télétravail et n’imaginent pas un retour en arrière.

Depuis la mise en place du télétravail, 72 % des salariés français interrogés estiment que leurs relations avec leurs collègues se sont améliorées, 67 % considèrent que leurs niveaux de résistance au stress se sont améliorés, idem pour leur moral (30 % des répondants) et leur productivité (33 %).

Autre enseignement positif de cette étude : 65 % des personnes interrogées estiment que le recrutement de hauts potentiels a été facilité, en particulier pour les candidats qui ont des enfants (76 %). Enfin, 67 % des répondants français s’accordent à dire que les idées innovantes ne sont plus l’apanage d’une seule équipe, mais proviennent d’une plus grande variété de collaborateurs qu’avant.

Mais tout ne semble pas parfait. Certains d’entre eux craignent que leurs dirigeants et responsables ne fassent pas les efforts nécessaires pour s’adapter et leur offrir davantage de choix et de flexibilité.

Parmi les décideurs interrogés en France, plus de 4 dirigeants sur 10 (41 %) craignent que leurs équipes aient du mal à se concentrer en télétravail. 30 % considèrent également que la culture régnant au sein du conseil d’administration de leur entreprise dissuade de recourir au télétravail. Plus de la moitié (55 %) se sent davantage contraintes d’être connectées en dehors des horaires classiques de travail.

Les outils collaboratifs ne font pas tout ; les relations humaines restent essentielles à la réussite de la mise en place du télétravail.

publicité