Considérée comme une priorité pour être plus performant, la transformation numérique est loin d’être une réalité pour les PME. Une étude réalisée par Sortlist constate qu’un tiers n’a toujours pas de site. Quant au SEO, c’est loin d’être une priorité…

Intégrer les différentes technologies digitales pour gagner en efficacité et donc en croissance. Sur le papier, la transformation numérique est une évidence. Dans la réalité, elle n’apparait pas une évidence et encore moins comme une priorité pour les PME.

L’étude intitulée « PME & sites internet en 2020 » de Sortlist montre à quel point il y a un décalage entre le discours ambiant et le terrain. Réalisée auprès de 500 PME en Europe, cette enquête nous apprend qu’un tiers (34 %) des PME françaises et espagnoles n’a pas encore de site Internet.

La situation est pire en Belgique où 42 % n’en ont pas. À l’opposé, outre-Rhin, seuls 22 % des PME n’ont pas de site. C’est à peu près la même proportion aux Pays-Bas.

Dans la plupart des cas, elles ne sont pas convaincues qu’un site Internet leur serait utile dans l’industrie où elles exercent une activité professionnelle.

Pour la majorité qui en possède une, il y a deux priorités :

  • Le rendre adapté au format mobile. À juste titre ! Entre 2013 et 2019, les smartphones sont passés de 16,2 % à 53,3 % de parts de marché du trafic mondial.
  • Générer un contenu de qualité. Là aussi, cela répond à une logique puisque la moitié des consommateurs déclarent utiliser Google pour se renseigner sur un produit ou un service qu’ils envisagent d’acheter. La création d’un contenu de qualité a clairement un rôle à jouer dans la conversion de ces prospects en clients.

Il n’est donc pas très étonnant que le SEO ne soit une priorité que pour seulement 17 % des PME interrogées. Le référencement est en terre inconnue pour ces professionnels.

« Le SEO occupe une place particulière. Il s’agit d’un atout majeur qui va jouer sur le long terme, et qui doit être combiné aux efforts consacrés à la production de contenu. Une PME qui parvient à combiner un SEO solide avec du contenu de haute qualité aura un avantage majeur sur ses concurrents, car elle sera beaucoup plus mise en avant par Google. Selon nous, le SEO devrait être pris beaucoup plus au sérieux », explique Sortlist.

Selon les résultats de cette étude, l’écrasante majorité des PME alloue un budget allant de 0 à 10 000 € pour la conception de leur site internet. Cependant, la troisième raison citée pour justifier l’absence d’un site Internet est justement le manque de budget.

Loin d’être un frein, la création d’un site est pourtant un investissement.

L’absence de site est une erreur qui se paie cher. « Avec l’arrivée du Covid-19, combien d’entreprises se sont rendu compte qu’elles dépendaient totalement de leur point de vente physique et que leur non-présence sur le web allait les mettre en danger pendant la période du confinement ? », insiste à juste titre Sortlist. 

Or, depuis la pandémie, près de 60 % des PME qui avaient planifié de créer un site web ont réduit leur budget dédié à leur présence en ligne…

publicité