Dans son étude « Crunch time V, Finance 2025 », Deloitte tente de décrire comment les grandes organisations financières s’appuieront sur les nouvelles technologies dans cinq ans. Pour l’instant, il s’agit encore de projets pilotes. Les feuilles de route sont encore en cours d'élaboration. Constat positif :  les technologies nécessaires pour imaginer les finances sont là et elles ne feront que s'améliorer.

Les innovations technologiques ont profondément impacté les comportements et besoins des consommateurs. Au cours des prochaines années, ces mêmes technologies arriveront dans votre organisation afin d’optimiser la finance.

Dans son rapport « Crunch time V, Finance 2025 », le cabinet Deloitte présente différentes pistes à suivre et à surveiller.

1La « fabrique » de la finance

Les transactions seront sans contact, car l'automatisation et la blockchain vont être déployées dans toutes les opérations.

« Dans les années à venir, l'ERP, l'automatisation et l'innovation cognitive basées sur le cloud (chatbots et reconnaissance vocale) se poursuivront à un rythme soutenu », indique Deloitte. Cela permettra de simplifier les processus et de libérer les personnes.

Mais tout ne sera pas « automatique ». La finance aura besoin de profils capables de développer et de connecter des systèmes interagissant entre eux. Certains seront des collaborateurs et d'autres peuvent être des entrepreneurs ou des indépendants.

Dans les deux cas, il y aura une « prime au talent ».

Deloitte conseille de désigner une équipe pour apprendre comment les autres organisations pilotent des outils numériques et l'automatisation des processus. Il s’agira de comprendre comment ce type de changement a un impact sur votre organisation.

2Les cycles

La finance se fait en temps réel. Le suivi en continu des ventes, des flux de trésorerie, des stocks, et plus encore sera la norme. Lorsque les données réelles et les prévisions peuvent être produites instantanément à la demande, les cycles traditionnels perdent de leur pertinence.

La distinction entre les données opérationnelles et analytiques commence à disparaître. Les organismes financiers devront encore répondre à des demandes d'informations cycliques, mais les investisseurs extérieurs peuvent aussi vouloir des informations plus fréquentes sur les performances.

« Le mélange de talents va mettre au défi les dirigeants de la vieille école », prévient Deloitte. Ces nouveaux collaborateurs travailleront aux côtés des analystes commerciaux traditionnels pour fournir des informations en temps réel.

3Self-service

Le libre-service deviendra la norme et « la finance sera mal à l'aise à ce sujet » estime Deloitte. Les chatbots deviendront le principal « canal » par lequel les personnes interagisseront avec la technologie et des données.

Au fil du temps, les agents intelligents apprendront quels types d'informations commerciales sont pertinentes et ils seront capables de les fournir de manière proactive. Résultat, les comptables utilisant des tableurs seront remplacés par la technologie qui fera 90 % du travail sans intervention humaine !

Deloitte conseille d’observer comment vous utilisez les outils en libre-service dans votre vie personnelle en tant que consommateur et sous quelle forme ils pourraient se présenter dans votre la vie professionnelle.

4La data

La prolifération des API va favoriser la normalisation des données, mais ce ne sera pas suffisant. De nombreuses entreprises auront encore du mal à nettoyer leurs données. Selon Deloitte, « peu d'entreprises font le travail nécessaire pour aligner et intégrer les données, ce qui signifie qu'elles ne pourront pas tirer pleinement profit des technologies numériques ».

Ceux qui espèrent une solution miracle pour résoudre leurs problèmes de données seront déçus. L'automatisation facilitera le travail, mais il sera toujours difficile et fastidieux. « Ce n'est pas glamour. Mais c'est important », insiste Deloitte.

« Il ne fait aucun doute que nous nous tromperons sur certaines de nos prédictions. Mais vous pouvez être certain que la tendance à l'automatisation va s'accélérer et se développer au cours des prochaines années. Les coûts-avantages sont tout simplement trop importants pour être ignorés », insiste Deloitte.

Source : Deloitte

1 commentaire