Dans un modèle d’écosystèmes distribués comme le nôtre, la confiance entre pairs est un prérequis indispensable dans toutes les interactions basées sur le transfert et le partage d’informations. Favorisée par la crise, la blockchain promet de révolutionner les interactions entre pairs dans les années à venir.

Parmi les technologies disruptives, la blockchain fait doucement son chemin dans les domaines des transactions et du traitement de l’information. Les technologies de registres distribués (ou DLT pour Distributed ledger technologies), comme la blockchain, se caractérisent par la transparence, la traçabilité et la sécurité par conception.

Cette technologie repose sur un réseau d’enregistrements distribués, robustes, sûrs, préservant la vie privée et immuables, et qui peut transformer positivement la nature de la confiance, du partage et des transactions. C’est une nouvelle façon d’intégrer d’anciennes technologies, telles que la signature numérique, la cryptographie et les fonctions de sécurisation des transferts comme le hachage.

Mais en tant qu’innovation, elle n’en est qu’au début de son évolution. En modifiant l’assise sur laquelle reposait la confiance jusqu’à présent, la blockchain pourrait changer les modèles commerciaux, et la régulation des transactions par la réputation bâtie sur un système distribué, donc imperméable aux collusions et aux manipulations. C’est ce qu’un article de l’IEEE, écrit par Emanuele Bellini, membre de l’IEEE et universitaire, définit comme le Distributed Trust and Reputation Management Systems (DTRMS). C’est en cela que la blockchain est en passe de révolutionner les interactions qui nécessitent un degré élevé de confiance entre pairs.

Une réponse adaptée pour maintenir les flux en cas d’urgence

Les entreprises, en particulier celles des secteurs réglementés, cherchent de plus en plus à mettre en place des solutions de blockchain complètes dotées de fonctions avancées de sécurité et de confidentialité des données tout en améliorant les performances. Pour les clients, dont les données et les charges de travail hautement sensibles, tel que l’identité numérique, les actifs numériques, les devises numériques des banques centrales, les jetons (les tokens dans la chaîne d’approvisionnement par exemple), les informations de paiement ou les contrats sont répartis dans des environnements hybrides. D’après un rapport de l’IBM Institute for Business Value, les dépenses liées à la blockchain dépasseraient 16 milliards de dollars d’ici 2023.

Crise oblige, la blockchain peut également servir en cas de rupture des circuits et procédures classiques de validation et de confiance dans les transactions. « Malgré ces défis, la pandémie a également accéléré le besoin d’une plus grande résilience de la chaîne d’approvisionnement, d’une accréditation numérique en matière de santé et d’écosystèmes distribués qui peuvent aider les organisations du secteur public et privé à maintenir le flux de biens essentiels et à coordonner la réponse. Ces domaines critiques sont apparus en 2020, mais continueront à influencer le développement et l’adoption de la blockchain dans les années à venir », explique Gari Singh, Distinguished Engineer et CTO IBM Blockchain dans un article.

Une barrière d’entrée moins élevée

Outre les domaines dans lesquels la blockchain semble incontournable, comme la santé, Gari Singh prédit que l’IA et l’automatisation y apporteront de la valeur supplémentaire. Elles peuvent contribuer à dégager davantage de valeur lorsqu’elles sont intégrées aux données fiables fournies par la blockchain, peut-on lire dans son plaidoyer pour la blockchain. Celle-ci peut en outre permettre« de mieux comprendre le cadre de l’IA, ce qui réduit la méfiance et le mystère que beaucoup attribuent à cette technologie », plaide-t-il.

Il souligne que la blockchain devient accessible, « y compris aux épiceries ». Car, écrit-il, « Une barrière d’entrée moins élevée pour la blockchain accélérera son adoption dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement alimentaire, ce qui se traduira par une plus grande visibilité des produits tracés par la blockchain dans les épiceries et les points de vente ». 

2020, l’accélérateur de tendances

Gari Singh assoit son raisonnement sur le fait qu’au cours de l’année dernière, les coûts et les délais pour obtenir un retour sur investissement positif de la blockchain ont continué à diminuer à mesure que la blockchain s’intégrait à d’autres solutions et que les entreprises bénéficiaient d’un choix et d’une spécificité accrus dans les réseaux mis à leur disposition.

« Une plus grande flexibilité des réseaux via le cloud hybride et la possibilité de s’adapter à la demande ont permis aux entreprises de voir rapidement la valeur de leur investissement », explique-t-il. Selon l’étude de l’IBM Institute for Business Value citée plus haut, 41 % des entreprises avaient fait état d’un retour sur investissement positif de leurs initiatives blockchain en mai 2020. En fait, le rôle d’accélérateur de tendances de la crise de 2020 a également joué pour la blockchain.

L’année 2020 a été une année difficile, « mais l’innovation dans notre industrie n’a pas ralenti. Au contraire, argumente Gari Singh, les défis de 2020 ont permis de mieux cibler les meilleurs moyens pour que la blockchain commence à fournir de la valeur dès maintenant, à un moment où la confiance et la cohérence sont nécessaires de toute urgence. De la distribution des vaccins aux chaînes d’approvisionnement en denrées alimentaires et autres biens essentiels, en passant par la délivrance de certificats de santé qui nous permettent de réintégrer les espaces partagés et de reprendre le travail en présentiel, l’impact de la blockchain continuera de s’accroître dans l’année à venir ». 

publicité