93 % des dirigeants dans le monde (95 % en France) estiment que le mainframe est une plate-forme solide à long terme.

Non seulement le mainframe n’est pas mort - pourtant il le serait depuis longtemps si l’on se contentait d’écouter ses détracteurs -, mais en plus, à en croire le rapport « Mainframe Research Report 2018 » de BMC, la plateforme IBM System Z brille de mille feux…

BMC-mainframe-2018-1

Menée auprès de 1100 dirigeants et responsables informatiques dans le monde, l’étude entend souligner la croissance solide de ce marché et l’optimisme de ses utilisateurs. Ainsi, pour la première fois depuis 5 ans, pour 93 % des dirigeants le mainframe est une plate-forme solide à long terme.

De toute évidence, à la lecture de ces résultats, l’enquête a été menée auprès des entreprises qui possèdent un mainframe. On voit difficilement comment un tel score aurait pu être obtenu autrement ! D’ailleurs, 51 % des répondants ont indiqué que plus de la moitié de leurs données résident sur le mainframe.

Le mainframe résiste

La transformation numérique et la mobilité profitent au mainframe. Tout du moins ce dernier doit s’adapter pour répondre aux attentes des utilisateurs, ce qui favorise la continuité dans sa croissance. Au même titre que la hausse des coûts chez IBM, mais c’est là un autre débat…

Plus surprenant, 63 % des responsables qui ont répondu à l’enquête ont moins de 50 ans. Elles n’étaient que 10 % en 2017 ! Ce rajeunissement n’est pas lié à celui des équipes qui sont directement acteurs sur le mainframe (développement, maintenance…), mais bien des décideurs qui les encadrent. Le problème du vieillissement des équipes mainframe n’est pas résolu !

Du côté des avantages reconnus au mainframe, le constat est que leur expression en pourcentage augmente légèrement par rapport à 2017. Sans surprise, les équipes serrent les coudes pour maintenir leur outil de travail.

BMC-mainframe-2018-2

Notons simplement que plus l’équipement en mainframe est lourd, et plus les réponses font ressortir les avantages :

  • Availability – 72 %
  • Transaction through-put – 71 %
  • Security – 69 %
  • Centralized data serving environment – 69 %

Challenges et priorités

Priorités et challenges du mainframe dans les organisations changent peu :

  • Le Top priorité du mainframe (chez les dirigeants)
  • Optimisation/Réduction des coûts
  • Sécurité, compliance, données privées
  • Disponibilité/Modernisation des applications
  • Staffing et compétences
  • Le mainframe enregistre également des progressions dans 5 domaines

BMC-mainframe-2018-3

  • Le Top challenges du mainframe (chez les opérationnels)
  • Réduction des coûts
  • Faiblesse du recrutement et des compétences
  • Perception du mainframe sur le long terme par les dirigeants

La France serait-elle un havre de paix pour le mainframe ?

Nos dirigeants français interpellés par BMC font mieux que le reste du monde : ils sont 95 % à estimer que le mainframe est une plate-forme solide à long terme.

En France, l’étude révèle notamment que :

  • 95 % utilisent Java pour leur environnement mainframe
  • 30 % ont une approche DevOps dans leur environnement mainframe
  • 24 % font de la modernisation des applications une priorité
  • 30 % font de l’AIOps et des analyses opérationnelles une priorité

Source :  rapport « Mainframe Research Report 2018 » de BMC

PARTAGER
Photo du profil de Yves Grandmontagne
Journaliste IT, IT Social

AUCUN COMMENTAIRE