La crise et les impératifs de résilience et de concurrence ont accéléré la transformation numérique et mis les équipes IT sous pression. Pour innover plus rapidement et décloisonner la collaboration, les DSI préconisent la mise en place d’outils communs de collecte et d’analyse des données.

La feuille de route des DSI pour 2021 semble toute tracée, définie par les impératifs de résilience et de réponse aux défis concurrentiels dans un environnement incertain. Durant une année 2020 atypique, leur rôle a été déterminant dans la continuité de l’activité, le support aux télétravailleurs et la mise en place de solutions numériques pour le business. Dans son rapport « The CIO 2021 Agenda », Gartner l’exprimait de la sorte : « Pendant le confinement, de nombreux DSI ont aidé à sauver leurs entreprises. Ils ont maintenant l’attention du PDG comme jamais auparavant. Le chemin de l’entreprise vers l’avenir passe par l’informatique, et les conseils d’administration et les PDG le savent ».

Habitués à batailler depuis des années pour convaincre les dirigeants de moderniser et tirer pleinement profit de la technologie, les DSI peuvent à présent bénéficier de la levée de nombreux barrages, car la majorité des conseils d’administration donne la priorité aux initiatives allant dans ce sens. Ces relations plus étroites donnent aux DSI un levier dont ils auront besoin dans un contexte d’accélération de la transformation.

La transformation continuera à s’accélérer en 2021

Dans un autre rapport, « Global CIO Report »,réalisé par Dynatrace, 89 % des DSI mentionnent que la transformation numérique s’est déjà accélérée au cours des 12 derniers mois, et 58 % prévoient qu’elle continuera à prendre de la vitesse. Cependant, ce tableau idyllique cache une réalité plus prosaïque : celle d’augmenter la pression sur les services informatiques alors qu’ils sont déjà très sollicités. D’après Dynatrace,« cette pression ne semble pas vouloir se relâcher. Les équipes informatiques déjà sollicitées doivent trouver de nouveaux moyens de collaborer avec l’ensemble de l’entreprise si elles veulent suivre le rythme et obtenir les résultats escomptés en 2021 ».

En conséquence, il devient de plus en plus difficile pour les équipes informatiques de répondre à la nouvelle demande d’innovation plus rapide et de meilleures expériences numériques. Conséquence, 46 % des DSI affirment que leurs équipes informatiques sont plus sollicitées que jamais. Le cloisonnement des équipes rend la réussite des organisations plus difficile : 93 % des DSI affirment que la capacité de l’IT à créer davantage de valeur pour les affaires est freinée, notamment par le fait que les équipes IT et métier opèrent en silos. Ils sont 49 % à déclarer que les équipes informatiques et commerciales travaillent en silos, et 40 % affirment qu’une collaboration limitée entre les équipes BizDevOps perturbe la capacité de l’informatique à répondre rapidement aux changements soudains des besoins de l’entreprise.

Les organisations doivent revoir leur mode de fonctionnement

Les DSI affirment qu’ils passent beaucoup de temps à courir après le temps et les informations leur permettant de régler les problèmes :74 % des DSI se disent fatigués de devoir rassembler des données issues d’une multitude d’outils pour évaluer l’impact des investissements IT sur le business. Ils déclarent passer 12,5 heures par semaine en moyenne avec les équipes commerciales à essayer de combiner des données disparates pour identifier des solutions aux problèmes, soit 654 heures par an. Leurs équipes, déclarent-ils, passent 16 % de leur temps en réunion avec les équipes métiers pour identifier les causes des dysfonctionnements et leurs solutions. « Ce problème coûte à lui seul 1,7 million de dollars par an en moyenne aux organisations, du fait de son impact sur la productivité », affirme Dynatrace.

Pour pallier ces inconvénients et soulager les équipes, le rapport préconise des changements dans les modes de fonctionnement des entreprises. Elles « devront mettre à la disposition des équipes des langues uniques et unificatrices qui permettent une collaboration plus efficace », précise le rapport. Pour leur part, 95 % des DSI affirment que les décisions d’investissement informatique doivent être davantage axées sur les données afin de garantir un bénéfice maximal à l’entreprise ainsi qu’aux utilisateurs finaux. « En mettant en place les outils de collecte et d’analyse de l’information, les entreprises pourront diminuer la pression et permettre à leurs équipes d’innover plus rapidement et de collaborer plus efficacement afin d’offrir une plus grande valeur commerciale », conclut le rapport.

À propos de l’enquête 

L’enquête a été réalisée via un sondage mondial, mené par Vanson Bourne pour Dynatrace, auprès de 700 DSI de grandes entreprises de plus de 1 000 employés. L’échantillon incluait 200 répondants aux États-Unis, 100 respectivement au Royaume-Uni, en France, et en Allemagne, et 50 respectivement en Australie, à Singapour, au Brésil et au Mexique.

publicité