Notre tour du monde des DSI nous amène aujourd'hui à rencontrer Lee Congdon, CIO de l'éditeur Red Hat.

Après Citicorp, Nasdaq et Capital One, Lee Congdon a rejoint Red Hat au poste de CIO. Comme ses confrères DSI d'éditeurs, le contact avec les équipes produits rend parfois sa mission délicate. Celle-ci porte principalement sur la gestion des connaissances, l'innovation, la collaboration, et l'amélioration des processus.

Automatiser

Aujourd'hui, il est confronté à la nécessité d'adopter de nouvelles pratiques afin de répondre à l'objectif d'aller toujours plus vite. Un objectif qui pour lui repose sur la capacité d'automatiser. « La capacité à automatiser est une capacité fondamentale, à la fois pour les gens des IT et du point de vue de la technologie IT ».

L'automatisation porte sur les tests, la construction de scénarios de tests complets pour les applications, l'automatisation du déploiement des applications, et plus globalement l'automatisation du processus de livraison.

Tiraillé entre la vitesse et la maintenance des systèmes, le DSI de Red Hat a également adopté une autre approche, le développement des compétences en interne. Et pour cela il mise sur l'excitation des personnes qu'il recrute pour les technologies stratégiques, comme OpenStack. « L'excitation se prête au développement rapide de compétences ».

Acheter plutôt que construire

Autre particularité assumée de Lee Congdon, la préférence pour les achats plutôt que les développements, même s'il s'agit d'achats internes. « Nous essayons d'acheter autant que nous pouvons plutôt que de construire nous-mêmes ». Ainsi préfèrera-t-il acheter une solution qui correspond à 80 % à ses attentes, mais disponible immédiatement, plutôt que d'investir dans du développement qui lui permettra de répondre à 100 % à ses attentes… mais dans 2 ans !

L'idée est simple, acquérir une solution 'partielle' en s'assurant de sa disponibilité immédiate permet de prendre le temps de déterminer ce qui doit ou ne doit pas être ajouté… Le cloud est ainsi un élément à prendre en compte, par la liberté et la flexibilité qu'il apporte dans une approche Opex qui présente également l'avantage de satisfaire les attentes du DAF. « Les DSI ne sont plus contraint pour des raisons financières de continuer d'utiliser des solutions qui ne sont plus adaptées à leur objet ».

Agilité et collaboratif

Dernier point spécifique à l'éditeur, la multiplication des projets communs et des partenariats ouverts. C'est ainsi que naturellement se sont imposée les pratiques du développement agile et du collaboratif. « Un partenariat ouvert et collaboratif est une meilleure pratique dans l'absolue, car il garantit que les décisions sont comprises et partagées largement entre l'informatique, l'entreprise, et d'autres responsables ».

Maitre mot de cette stratégie, la transparence, des exigences des projets, des informations, mais également financière et de gestion du changement. « L'exigence de ce type d'approche est une responsabilité partagée entre l'entreprise et l'IT. Elle a été une très importante victoire pour nous. »

Source : The Enterprisers Project

AUCUN COMMENTAIRE