C'est un phénomène induit par les technologies, mais exacerbé par le Big Data : profitant des opportunités apportées par les nouveaux outils numériques et exploitant la donnée d'où quelle vienne, la concurrence se multiplie et se fait de plus en plus intrusive.

De plus en plus de dirigeants d'organisations s'accordent aujourd'hui pour affirmer que le Big Data va changer le visage de leur business au cours des prochaines années. C'est ainsi que les 3/4 d'entre eux prévoient de transformer, réorganiser, restructurer leur entreprise afin de profiter des opportunités du Big Data.

Mais ce que l'étude « Big and Fast Data: The Rise of Insight-Driven Business » menée par Capgemini et EMC révèle, c'est que derrière cet engouement pour le Big Data, se cachent de nouvelles menaces que craignent ces mêmes dirigeants. En particulier celle de voir le Big Data servir leurs concurrents !

Le Big Data bouscule les règles

C'est ainsi que 64 % des dirigeants interrogés constatent que le Big Data modifie les limites de leurs activités traditionnelles et permet à des acteurs qui n'y étaient pas présents jusque là de venir en concurrence sur le marché de leur entreprise. En particulier, ils sont :

  • 53 % à affirmer devoir faire face à la compétition accrue de start-ups qui exploitent les données ;
  • 27 % à constater l'arrivée de nouveaux concurrents provenant d'industries adjacentes.

Pour ces mêmes dirigeants, la problématique doit être prise avec beaucoup de sérieux, car il ne s'agit pas seulement de mesurer le succès de leur business, mais désormais d'assurer la survie de leur organisation et d'affronter la fronde de leurs actionnaires. C'est à ce titre, entre autres, que le Big Data se montre disruptif pour de nombreuses entreprises.

Et les experts de Cap et d'EMC d'affirmer que nous sommes désormais à un point d'inflexion, celui où le Big Data va révéler de nouvelles pistes pour apporter de la valeur à un niveau technologique.

Comment la donnée change le business

Les entreprises sont si persuadées que le Big Data va changer les règles et leur business qu'elles sont 56 %, soit près de 6 sur 10, à affirmer que leur investissement dans le Big Data va dépasser celui dans la gestion de l'information au cours des 3 prochaines années.

Capgemini a identifié 4 modèles opportunistes distincts :

  • Le Big Data facteur clé d'efficacité et de compétitivité

Ah !, la réduction des coût demeure la première préoccupation des dirigeants, et sans surprise c'est avec 65 % des réponses le premier modèle qui les intéresse. Le Big Data devrait les aider à identifier les opportunités qu'ils peuvent encore saisir soit pour rendre l'opérationnel plus efficace et ainsi réduire leurs coûts ; soit pour accélérer la modernisation du traitement de la donnée, par exemple en adoptant des technologies open source et des équipements matériels standardisés.

  • Piloter la croissance des activités existantes

La réduction des coûts ne permet pas de prospérer dans un marché concurrentiel. En revanche, pour 61 % des répondants la connaissance des clients par la donnée doit permettre d'améliorer les marchés. L'agrégat et l'analyse des données du client, des organisations, avec une compréhension plus granulaire et une modélisation comportementale, doivent permettre d'en obtenir une vision plus précise à 360 degrés.

  • Stimuler la croissance par de nouvelles sources de revenus

Le Big Fata change les frontières du business traditionnel, constatent 64 % des répondants. Et il y a peu de secteurs qui soient épargnés par ce phénomène. Mais si, au lieu d'en craindre les méfaits, la disruption du Big Data était une opportunité ? Le constat de Cap est sans appel, ce sont les entreprises qui rencontrent le plus haut niveau de disruption qui voient la plus grande opportunité de générer de nouveaux flux de revenus grâce au Big Data.

  • Monétiser la données, avec la création de nouvelles lignes business

Dans certains secteurs, il est devenu évident que la donnée est devenue leur principal produit ! Apparaissent dans les organisations des divisions 'service d'information' dont la mission est de monétiser la donnée. Cette reconnaissance de la donnée qui devient un bien précieux, autant voire plus que leurs produits et services existants, est reconnue par 63 % des répondants de l'étude.

Image d'entête iStock @ kuroksta

AUCUN COMMENTAIRE