Amazon a déclaré récemment avoir licencié plusieurs employés impliqués dans des cas de fuites de données clients. Il y a quelques jours, Amazon a informé un groupe de clients sur le fait qu’au moins un de leurs employés a partagé plusieurs adresses e-mail ainsi que des numéros de téléphone clients à un tiers. Les employés à l’origine de cette fuite de données ont déjà été licenciés. Toutefois, le géant américain a souligné qu’aucune autre information liée aux comptes des utilisateurs n’avait été partagée en externe. L’un des porte-paroles d’Amazon a confirmé l’incident en déclarant que le système interne de son entreprise avait identifié un comportement suspect et que les employés responsables ont été immédiatement licenciés.

Pour le moment, Amazon n’a donné aucune précision sur l’incident. Le nombre de clients concernés ainsi que le nombre d’employés impliqués n’a pas été divulgué. Toutefois, cette situation montre l’initiative d’Amazon à renforcer la protection des données personnelles de ses clients. Ce n’est pas la première fois que des employés de la société cherchent à vendre des données clients. Un cas similaire avait déjà été signalé en 2018. À cette époque, le Wall Street Journal a publié un rapport indiquant que des employés d’Amazon ont vendu des données clients à des vendeurs et des courtiers tiers pour permettre à ces derniers d’améliorer leurs ventes. Cependant, les principaux responsables ont tous été licenciés une fois identifiés. La semaine dernière, Amazon a également qualifié l’application Honey comme étant une fonctionnalité à risque. Selon eux, cette décision visait surtout à avertir les clients de l’existence d’extensions de navigateur qui collectent des données personnelles d’achats à leur insu ou sans leur consentement. Ces outils malveillants peuvent servir à collecter des informations comme le nom du client, l’adresse d’expédition ou de facturation, le mode de paiement et les données d’achats.

À lire aussi Amazon Web Services prévoirait de changer sa stratégie commerciale pour mieux concurrencer Microsoft dans la guerre du Cloud

AUCUN COMMENTAIRE