Les recherches menées par Gartner ont révélé que l’absence de RPA dans les contrôles de reporting financier coûte jusqu'à 30 % en plus du temps total d'un employé. Cela équivaut à une économie de 25 000 heures par année au coût de 878 000 $ pour une organisation comptant 40 postes de comptables à temps plein.

Gartner a étudié l’utilisation de la RPA dans les services financiers au moyen d’entretiens avec plus de 150 contrôleurs de gestion, des experts-comptables et chefs comptables afin de déterminer les principaux avantages de la mise en œuvre de la RPA dans le processus de reporting financier.

Le cabinet de conseil et d’études a identifié trois principaux obstacles qui entravent actuellement une adoption plus large de la RPA. Ceci malgré le fait que 88 % des contrôleurs de gestion s’attendent à mettre en œuvre la RPA d’ici l’année prochaine. Néanmoins, seulement 29 % des entreprises qui ont adopté la RPA ont mis en œuvre la technologie pour l’établissement de rapports financiers.

Méconnaissance et hésitations

Le DGA et les contrôleurs généraux ont hésité à déployer la RPA à grande échelle dans le cadre du processus d’établissement des rapports financiers, préférant faire confiance au jugement humain pour les étapes de contrôle et de validation. Cependant, cette approche limite les avantages de la RPA tout en introduisant la possibilité d’erreur humaine et la nécessité de retravailler.

« Nous rencontrons régulièrement des hésitations quant à l’application de la robotisation aux processus de reporting financier », déclare Dennis Gannon, vice-président recherche du département Gartner Finance. « Du point de vue du rendement du capital investi, l’information financière semble être une faible priorité comparée à d’autres initiatives commerciales », ajoute-t-il.

Manque de moyens et redéfinition du ROI

La plupart des décideurs sont forcés de différer la RPA en raison d’un manque de ressources et de leur rôle dans la gestion d’un centre de coûts, où on leur demande constamment de faire plus avec moins. L’utilisation d’une formule type de ROI axée sur les coûts et sur les économies de temps des employés à temps plein a tendance à primer sur les occasions d’adopter la RPA pour les rapports financiers.

« Les responsables de la comptabilité qui adoptent pleinement la RPA considèrent la technologie comme un coup de pouce à leur proposition de valeur pour les employés », a déclaré M. Gannon. « La plupart des employés apprécieront l’opportunité d’éviter de fastidieuses corrections en faveur des activités plus stratégiques que seul un humain peut faire ».

Peur des délais et de l’échec

Un dernier obstacle à la mise en œuvre à grande échelle de la RPA pour les rapports financiers est la conviction des dirigeants comptables que le processus doit être normalisé avant sa mise en œuvre. Les entrevues avec les contrôleurs de gestion et les comptables ont révélé une croyance commune selon laquelle, sans processus normalisé, le taux d’échec attribuable aux exceptions était beaucoup plus probable. Ces défaillances potentielles dans les processus de reporting financier ont été considérées comme plus risquées que d’autres opportunités d’automatisation en raison du risque d’inexactitudes financières ou de non-respect des délais de reporting.

Sources : Gartner

AUCUN COMMENTAIRE