Le déploiement de l'automatisation est en train de remodeler le travail des collaborateurs, qui voient les logiciels effectuer des tâches répétitives à leur place.  Mais en France, courte vue, manque de personnel qualifié et investissements minimalistes retardent l’adoption de l’automatisation, selon une étude d’Abbyy.

Les technologies d'automatisation forment un ensemble allant de l'automatisation robotique des processus (RPA) à la gestion des processus métier (BPM) en passant par l'intelligence artificielle et tout ce qui s’y rapporte. Destinées, dans un premier temps, à traiter les tâches répétitives, l’automatisation est en passe de devenir la pierre angulaire de la transformation numérique. Son impact déborde sur tout, de l'infrastructure aux clients en passant par les modèles économiques.

Selon l’étude réalisée par Abbyy, « un quart des entreprises françaises a investi plus de 300 000 euros dans des projets reposant sur l’intelligence artificielle en 2019 ». Mieux encore, en adoptant une stratégie d’automatisation, plus de la moitié (soit 53 %) a constaté une amélioration de l’efficacité. Spécialiste de la gestion de contenu, Abbyy s’est intéressé à l’automatisation du traitement de contenus. Le résultat est édifiant : 59 % des entreprises ont constaté une amélioration de leur efficacité. Notons qu’à ce stade, l’usage du mot « efficacité » pour décrire les améliorations constatées reste assez flou. Il aurait été plus édifiant de mesurer l’augmentation de la productivité par exemple.

01

Scepticisme et manque de personnel qualifié freinent l’adoption

C’est historiquement une constante : toute nouvelle révolution suscite ses détracteurs et l’automatisation n’échappe pas à cette règle. Un quart des décideurs IT (24 %) dont l’entreprise n’a pas investi dans ces technologies sont sceptiques quant au retour sur investissement. En revanche, il existe un véritable hiatus dans les compétences car « 64 % des décideurs IT interrogés estiment que les collaborateurs de leur entreprise ne sont pas suffisamment formés aux technologies de l'automatisation ».

L’étude révèle par ailleurs « un manque d’information des décideurs IT sur les bénéfices apportés par les technologies reposant sur l’IA ». Un résultat appuyé par le fait que 15 % des collaborateurs déclarent que leurs entreprises ne disposent pas d’une stratégie IA ou indique ne pas le savoir (15 %). Enfin, pour près de trois quarts des entreprises françaises (69 %), le planning de leur stratégie IA s’étend sur une période qui ne dépasse pas 5 ans.

Source : Abbyy

AUCUN COMMENTAIRE