Grâce à la Blockchain, Mercedes-Benz met en réseau ses fournisseurs et partenaires afin de réduire son empreinte carbone et pour encourager les pratiques vertueuses et la transparence. le constructeur automobile entend atteindre la neutralité carbone en 2039.

Alors que certains états climato-sceptiques ont stoppé tout investissement en faveur de la réduction de la pollution humaine, ce sont les organismes privés qui ont pris le relais. Les grandes multinationales annoncent tour à tour leur engagement pour réduire l’impact de leurs activités sur l’environnement.

Cette fois c’est Daimler AG, la maison mère de Mercedes-Benz, qui précise un peu plus les contours technologiques, basés sur la Blockchain, de son projet Ambition 2039. Annoncé en mai dernier, ce projet devrait permettre au constructeur automobile d’atteindre la neutralité carbone en 2039. L’entreprise a lancé un projet pilote avec un fabricant de piles à combustible et Circulor, une startup spécialisée dans la technologie de la chaîne d’approvisionnement.

Mercedes-Benz utilisera la Blockchain pour assurer la transparence sur les émissions de CO2 dans la chaîne d’approvisionnement du cobalt. Le constructeur entend ainsi mettre à contribution ses fournisseurs et partenaires dans la mise en œuvre de cette stratégie d’entreprise durable.

Créer une économie circulaire avec ses partenaires et fournisseurs

La Blockchain sera utilisée pour suivre les émissions de gaz ayant une incidence sur le climat. Elle permettra également de traquer la quantité de matériaux secondaires le long des chaînes d’approvisionnement complexes des fabricants de piles à combustible et de batteries. Le but étant de savoir si les normes de durabilité de Daimler sont appliquées à l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. « À terme, Mercedes-Benz poursuit l’objectif d’une économie circulaire et s’efforcera de fermer les cycles des matériaux », explique le communiqué.

Le système permet de cartographier le flux de production des matériaux ainsi que les émissions de CO2 associées. À cet effet, la Blockchain offre de nombreux avantages pour la documentation des données relatives aux produits et aux contrats. Elle relie les enregistrements de données numériques chiffrées, et ne peut, par conséquent, pas être modifiée sans être remarquée. Tous les participants à la chaîne d’approvisionnement seront alors en mesure de retracer l’intégration, la transmission et la confirmation des informations à tout moment. Dans le même temps, les informations confidentielles restent protégées.

La Blockchain favorisera la responsabilité sociétale aussi

La cartographie du flux de matériaux enregistrera également la quantité de matériaux recyclés dans la chaîne d’approvisionnement. « Cela est particulièrement important pour les chaînes d’approvisionnement mondiales complexes et très dynamiques, comme dans la production de batteries ».

En outre, le réseau de registres distribués indiquera également si les exigences de Daimler en matière de durabilité et de conditions de travail, de droits de l’homme, de protection de l’environnement, de sécurité, d’éthique commerciale et de conformité sont transmises à toutes les entreprises concernées.

Daimler demandera à ses fournisseurs directs de se conformer à ces normes et exigences et d’intégrer ces dispositions dans les chaînes de valeur en amont et de contrôler leur respect. « Avec ce projet pilote, Mercedes-Benz encourage la transparence dans la chaîne d’approvisionnement au-delà des partenaires contractuels directs », conclut le communiqué.

Source : Daimler AG

AUCUN COMMENTAIRE