Il y a deux ans, Nasdaq et Citigroup avaient annoncé la mise en place d'une Blockchain pour faciliter et sécuriser les paiements des opérations sur titres privés. Mais le projet a été abandonné. Explications.

Trop cher ! Telle est la principale raison de l’abandon de ce projet. Si dans une déclaration commune, les entreprises ont déclaré qu’elles étaient "heureuses de s'associer" à d'autres initiatives, celle concernant la Blockchain reste dans les cartons.

Le coût de son adoption complète l'a emporté sur les avantages. De l’avis d’une personne ayant travaillé sur ce projet, la Blockchain "est un mirage brillant" et son adoption à grande échelle peut encore "prendre un certain temps".

La Blockchain est pourtant dans tous les esprits. En 2015, ce terme était intégré dans le lexique de nombreux services financiers. En 2016, la Blockchain était classée parmi les dix premières technologies émergentes du Forum économique mondial.

La même année, elle faisait sa première apparition dans les cycles annuels de hype de Gartner. Les unes après les autres, des entreprises annonçaient leur intention de développer un projet reposant sur cette technologie.

Une hausse des investissements

Les premiers commentaires sur les PoC avaient permis de constater qu’elle s'avérait prometteuse pour résoudre certains des grands problèmes des services financiers (rationalisation des opérations, réduction du temps de règlement et réduction du risque et du coût du capital). De quoi économiser des dizaines de milliards de dollars selon des spécialistes.

Résultat, les investissements se sont multipliés. En 2018, le secteur financier a alloué 1,7 milliard de dollars à des initiatives liées à la Blockchain, soit une hausse de 70 % par rapport à 2016, selon les estimations de Greenwich Associates.

01

Mais les raisons qui incitent à son adoption ont évolué depuis quelques années selon Greenwich Associates. La réduction des risques et des délais de règlement n’apparaît plus comme les principales motivations.

02

Le cas de Nasdaq et de Citigroup n’est pas unique. Une étude portant sur 33 projets de grandes entreprises, annoncés au cours des quatre dernières années, estime que cette solution n'a pas encore donné les résultats escomptés.

La preuve, au moins une douzaine de ces projets, impliquant de grandes banques, des bourses et des entreprises technologiques, n'a pas dépassé le stade des essais. Ceux qui ont dépassé ce stade ne l’ont pas encore déployé à grande échelle.

En partie, parce que cette technologie n’est pas aussi simple à déployer que le laissent à penser certains spécialistes.

03

Les obstacles réglementaires ont également ralenti la mise en œuvre de projets.

Finalement, après l'euphorie du début, de nombreuses entreprises réalisent qu'il faudra probablement des années avant que la Blockchain ne décolle de manière substantielle.

La Blockchain en est encore à ses premières phases d'expérimentation et d'adoption. Il reste encore beaucoup à faire en matière de normes, de plates-formes, d'interopérabilité, d'applications et de gouvernance.

"C'est une transformation du marché. Ce n'est pas un big bang", déclare Hyder Jaffrey. Selon ce responsable des investissements stratégiques de la banque d'investissement d'UBS AG, cela pourrait prendre de trois à sept ans avant que les grands projets n'aient un impact significatif.

Malgré cette prise de conscience salutaire, les investissements dans cette solution devraient atteindre 12,4 milliards de dollars d’ici 2022, selon IDC.

AUCUN COMMENTAIRE