Finances, symbolisation des actifs, transparence, traçabilité de la chaîne d'approvisionnement… cette technologie présente des avantages intéressants et peut apporter une valeur ajoutée significative. En 2020, place aux projets réalistes en termes de business.

Après une période de réflexion, d’agitation et d’excitation autour de projets irréalistes, car trop ambitieux, la blockchain entame une nouvelle étape. Elle devrait s’intégrer dans un plus grand nombre d'applications pour servir les fonctions de suivi, d'audit et d'enregistrement à un degré d'efficacité supérieur à ce que nous pouvons faire avec la technologie existante.

Différentes tendances semblent se dégager pour l’année qui arrive.

Exit le côté « touriste », place aux projets « sérieux »

Ce titre volontairement « provocateur » indique que la période de découverte et de POC est révolue.

Aujourd’hui, les entreprises ne ressentent plus simplement «  le besoin de comprendre les détails technologiques sous-jacents », déclare Chris Broderson, responsable du laboratoire Deloitte Americas Blockchain.

Selon l’étude « Deloitte 2019 Global Blockchain », près de la moitié des répondants s'attendaient à dépenser, en moyenne, 5 millions de dollars, ou plus, pour des projets de blockchain cette année et en 2020.

53 % ont également déclaré qu’elle était l'une de leurs cinq principales priorités stratégiques cette année, contre 43 % en 2018. « Les professionnels ont constaté que la blockchain est réelle et qu'elle peut représenter une solution pragmatique aux défis commerciaux dans tous les secteurs d'activité », explique Chris Broderson.

Du POC au MVP

L'adoption va progresser au fur et à mesure du passage du « Proof of concept » au « Minimum Viable Product ». Deloitte et d’autres experts s’attendent à ce que cette évolution crée une dynamique lorsque certains sceptiques commenceront à réexaminer les utilisations potentielles de cette technologie.

La blockchain a conduit de nombreuses personnes à repenser un certain nombre de processus métier. Ils pourraient être transformés non pas par cette technologie en elle-même, mais par des solutions « inspirées de la blockchain ». Cela pourrait concerner en particulier les paiements transfrontaliers, les certifications numériques et l'optimisation de la supply chain.

Amélioration des plates-formes blockchain

L'idée d'un système totalement transparent est séduisante, mais utopique. « Dans le monde réel, les secrets commerciaux génèrent des profits. Très peu d'entreprises seront capables de fonctionner en mode totalement transparent sans perdre leurs atouts », rappelle George Spasov, blockchain architect et cofondateur de LimeChain.

Cette entreprise intervient dans différents secteurs, dont la fabrication, l’éducation, la chaîne d’approvisionnement et l’intelligence artificielle.

Le manque d'interopérabilité - entre les plates-formes blockchain et entre ces plates-formes et les systèmes existants – a été un obstacle majeur. La situation devrait s’améliorer l’année prochaine.

« Les plates-formes continueront à apprendre ce dont l'entreprise a besoin et adapteront leurs solutions pour répondre aux principaux problèmes d'adoption », estime George Spasov. Sa société s’est d’ailleurs associée en septembre 2018 à la plate-forme Aeternity pour le développement et la promotion d’applications.

La confidentialité des données

« Nous constatons une demande croissante de la part des utilisateurs qui veulent contrôler leurs données avec un modèle de consentement et de protection solide », déclare Greg Wolfond, PDG de SecureKey, spécialisé dans l’authentification et la validation d’identité.

Son application Verified.Me est construite sur la plate-forme IBM Blockchain Platform, qui est basée sur Hyperledger Fabric.  « La confidentialité et la sécurité que des solutions blockchain bien mises en œuvre peuvent fournir s'accompagnent également d'autres avantages appréciés par les utilisateurs, tels que la commodité et le gain de temps », ajoute Greg Wolfond,

C’est d’ailleurs l’une des clés du succès de GoDirect Trade d'Honeywell, une place de marché en ligne - de plusieurs milliards de dollars -  pour les pièces d'aérospatiale d'occasion.

Sur GoDirect Trade, Honeywell utilise la blockchain pour s'assurer que chaque annonce comprend des images et des documents de qualité pour la pièce exacte mise en vente. Cette solution renforce ainsi la confiance des clients.

En conclusion, même si le buzz autour de la blockchain s’est calmé, certaines entreprises feront peut être encore l’erreur de suivre la meute au lieu de chercher à atteindre un véritable objectif business.

La bonne question à se poser n’est plus : « pouvons-nous utiliser la blockchain ». La question essentielle est : « devrions-nous l’utiliser ? »

AUCUN COMMENTAIRE