Par William Culbert, directeur Europe du Sud de BeyondTrust (anciennement Bomgar)

Nul ne veut être amené à devoir gérer un incident de sécurité ou une compromission, encore moins en tout début d’année ! La priorité absolue devrait être de pouvoir bloquer une cybermenace avant qu’elle compromette l'entreprise. Mais dans la réalité, il n’est quasiment jamais possible de prévoir une cyberattaque. De la recherche de menaces aux investigations pour détecter des indicateurs de compromis (IoC) manifestes, la procédure à suivre pour identifier un incident ou une compromission est bien connue. Si les processus varient d’une entreprise à une autre, les malwares, les comptes compromis, les mouvements latéraux, etc. doivent tous faire l’objet d’un plan de nettoyage formel.

Si un cas de compromission est suffisamment grave (par exemple, la compromission des contrôleurs de domaine), les entreprises n’auront d’autre choix que de réinstaller tout l’environnement en entier. Certes, c’est le pire scénario, mais il se produit parfois. Souvent, les entreprises choisiront de nettoyer à fond les serveurs du mieux possible plutôt que d’effectuer une réinstallation complète. C’est une décision interne basée sur le risque, la faisabilité et le coût. Et ce scénario est vain si la menace est persistante et qu’elle emploie des techniques lui permettant de contourner les mesures d’identification traditionnelles. Si vous pensez que c’est de la science-fiction, étudiez les menaces comme rootkits, Spectre et Meltdown qui prouvent qu’il y a toujours un moyen d’attaquer une ressource technologique.

Les criminels en ont après vos identifiants

Quelle que soit votre stratégie corrective, vous pouvez être certain que, d’une façon ou d’une autre, ceux qui emploient les vecteurs de menace auront accès à vos identifiants. Ceci implique de ne jamais réutiliser des mots de passe ou clés préexistants dans votre travail de nettoyage. Si possible, modifiez (lancez la rotation) tous les identifiants de toutes les ressources affectées ou reliées à ces dernières. C’est là qu’intervient la gestion des accès privilégiés ou Privileged Access Management (PAM). L’étape de nettoyage ou de redéploiement doit être protégée de la réutilisation d’un ancien mot de passe ou du fait qu’un criminel puisse regagner sa présence persistante en raison d’une mauvaise gestion des identifiants dès le début des efforts de remédiation.

La gestion des mots de passe est un aspect central d’une stratégie PAM. Elle inclut l’intégration automatique, la rotation, la gestion des sessions, le reporting et les étapes de check-in et check-out des mots de passe conservés dans un coffre-fort. Si l’on utilise surtout la technologie PAM pour les mots de passe privilégiés, comme ceux des comptes admin, root, de service ou DevOps, elle peut aussi servir de solution selon le principe du moindre privilège pour supprimer les droits administratifs d’applications et de tâches. Ainsi, les utilisateurs n’auront plus besoin d’un compte admin secondaire pour effectuer leurs tâches.

Le rôle de la technologie PAM dans le nettoyage post-compromission

Cela étant dit, en quoi la technologie PAM est-elle utile pour nettoyer les compromissions de sécurité ? Lors d’un incident ou d’une compromission de sécurité, vous devez d’abord mener des investigations sur ce qui suit :

  • Déterminez quels comptes ont été compromis et utilisés pour ob