Par Ludovic Toinel, Capgemini

Les plateformes IoT sont nombreuses sur le marché et nous feraient presque oublier où se trouve la valeur des projets IoT. Mais les plateformes IoT ne sont que des accélérateurs, la valeur se trouve sur les usages...

La guerre des plateformes ferait presque oublier que là n’est pas la valeur de l’IoT

Le marché de l’IoT est en pleine mutation. Il se caractérise par la multiplication des objets connectés, des capteurs aux connecteurs, présents par dizaines de milliards, fournissant les données attendues à des usages qui ne cessent de se développer, dans la santé, l’automobile, le smart building, l’industrie. L’approche plateforme participe à cet essor technique : Cloud ready, les plateformes IoT accueillent, traitent, analysent, relaient l’information transmise et/ou destinée aux objets. Ces plateformes proposées par des acteurs de l’industrie (fabricants de composants et objets connectés, offreurs de solutions logicielles) comme du Cloud computing (Amazon, Microsoft Azure, Google, etc.) font l’actualité. En toute logique … serions-nous tentés d’affirmer. Pour faire face à la diversité des projets et en l’absence d’une convergence des standards, chacun y va de son modèle ou de sa technologie. Les solutions se multiplient et s’affrontent dans une guerre où les entreprises qui portent les projets sont invitées à prendre position et à choisir leur camp. Et pourtant, si la plateforme IoT est un maillon important, elle n’est pas la clé de la valeur qui reste l’usage.

Composition d’une plateforme IoT

Accessible dans le Cloud ou « on premise », une plateforme IoT prend place entre l’objet connecté et son usage, et permet leurs déploiements rapides. Pour bien comprendre son rôle d’intermédiaire, nous la décomposerons en quatre couches.

- La couche des connecteurs établie un langage partagé d’un côté entre l’objet et la plateforme. La maîtrise des connecteurs requiert des compétences réseau, très précise lorsqu’il s’agit de protocoles de bas niveau. Notons que ces connecteurs vont s’enrichir dans le temps, et proposer des systèmes de plus haut niveau pour enrichir la donnée au travers de traitements d’analyse.

- La couche de traitement prend en charge l’analyse des messages reçus par des règles métiers et leur transformation en alarmes, indicateurs, notifications ….

- La couche de stockage assure le stockage des données transmises à la plateforme si la donnée a du sens à être stockée. Elle repose sur un datalake pour stocker la donnée, et des capacités analytiques pour évaluer et enrichir la valeur de cette dernière. Les entreprises s’orientent vers les solutions de Big Data lorsque la volumétrie des données explose : HDFS, Hbase ou alors vers des solutions NoSQL comme Cassandra, MongoDB, offrant une interface simplifiée pour requêter la donnée.

- La couche d’exposition de la donnée pour permettre aux applications métiers de consommer les données de la plateforme : solutions analytiques, portail d’hypervision, application mobile …

Modularité technique, élasticité métier, ouverture, résilience, les challenges des plateformes IoT sont nombreux

Tout ce que nous venons d’évoquer est en évolution permanente. D’abord parce que si la plupart des technologies existent depuis longtemps, leur réunion et leur capacité à évoluer ensemble est toute récente. Mais également parce que ces technologies sont en mutation : le déploiement du réseau 5G va, par exemple, bouleverser le champ des possibles.

Une plateforme IoT doit intégrer l’élasticité et l’automation comme caractéristiques techniques fondamentales. C’est l’un des challenges de l’orchestrateur, de disposer de capacités de créer, de customiser et d’enrichir des règles métiers dynamiques, et de créer des alarmes, sans interruption de la plateforme, à chaud et sans redéploiement.

Elle doit aussi offrir un haut niveau d’interopérabilité en exposant l’information collectée ou produite au travers d’une démarche API (Application Programming Interface). L’intégration avec des briques de Business Analytics et/ou d’IA (Intelligence Artificielle), valorisant l’information avec des modèles d’analyse et de prédiction, en dépend.

Enfin, n’oublions pas que les objets sont bavards et multiplient la volumétrie des messages à absorber. La question qui se pose alors est de savoir si la donnée doit être traitée sur la plateforme ou transmise à une infrastructure de proximité de type IoT Edge pour assurer un compute local et une réactivité optimale. Une plateforme IoT doit pouvoir être distribuée pour optimiser les échanges, assurer les coupures réseaux, la robustesse et la résilience de l’ensemble de la chaine technique.

L’importance des partenariats sur les plateformes IoT

Les entreprises qui investissent doivent se poser et définir ce qui est le plus important vis-à-vis des services qu’elles veulent développer : la plateforme ou les usages ?

L’objectif pour l’entreprise qui entend donner la priorité aux usages sera de disposer d’une plateforme assez souple et évolutive pour :

- optimiser les investissements

- donner un maximum de souplesse pour l’analyse de la donnée et l’expérimentation de nouveaux usages

- supporter l’évolution technologique en tirant parti de l’arrivée des nouveaux protocoles par exemple

- éviter une dépendance stricte avec une technologie

- donner des gages clairs en termes de sécurité.

L’objectif pour l’entreprise qui entend donner la priorité à la plate-forme sera de disposer de capacités pour servir des usages pour une durée d’investissements sur un engagement moyen de 10 ans. Cette stratégie repose souvent sur une architecture full open source généralement pour des projets à long terme, et/ou sur une architecture full cloud pour les projets au budget optimisé avec un Time to market très court. Recherchant la performance, la rapidité et la souplesse, en un mot l’agilité, l’entreprise aura donc intérêt à partir d’une plateforme IoT / Big Data sur le cloud, avec des connecteurs du marché.

De solides compétences sont nécessaires pour aligner toutes ces dimensions. Une stratégie de partenariat sur le développement de la plateforme et des usages peut alors être une démarche gagnant/gagnant pour maîtriser le résultat et maximiser la valeur produite. Garder l’usage en ligne de mire, sans tomber dans la guerre des plateformes IoT, tel est le graal recherché.

Pour en apprendre plus sur les usages connectés avec nos clients et nos experts Capgemini, participez à la #CWIN18 à Paris mardi 16 octobre. Au programme : "Vers les objets autonomes - IA et IoT augmentent votre business." Inscriptions : https://www.capgemini.com/fr-fr/inscription-cwin-18 paris/?utm_source=itsocial&utm_medium=referral&utm_content=aie_none_none_event_none&utm_campaign=innovation_cwin

AUCUN COMMENTAIRE