Selon l’étude européenne de Cavell Group, le marché des communications unifiées dans le cloud (UCaaS - Unified Communications as a Service) devrait afficher, en France, une croissance de 26 % entre mi 2018 et mi 2019. L’intégration de nouvelles technologies pourrait inciter les entreprises à franchir le pas.

En France, 17 % des entreprises de 10 à 50 personnes et 20 % des 50 à 500 utilisent ces nouveaux services (source : Scholé Marketing). La croissance reste assez progressive autour de 15 % dans le monde et de plus de 10 % en France (source : Gartner).

UCaaS

Ce marché devrait dépasser 60 milliards de dollars d’ici 2025 selon le rapport de Global Market Insights, Inc.

L’UCaaS présente différents atouts par rapport à la VoIP, parmi lesquels la réduction, la simplification de la communication et de la gestion sur plusieurs sites, le renforcement de la mobilité (comme de plus en plus de personnes travaillent à distance, l’UCaaaS devient une nécessité pour l’entreprise).

Un système moderne

Les communications unifiées sont également capables d’intégrer le courrier électronique, les applications Web, les médias sociaux et les outils d’entreprise sur le cloud.

À l’avenir, les outils de l’UCaaaS pourraient se transformer en un lieu de travail virtuel. Cette évolution pourrait suivre, en parallèle, l’intégration de nouvelles technologies comme la RV, la RA et la 5G.

La 5G optimisera les communications avec une meilleure fiabilité et couverture indoor et une faible latence. Les applications de communications unifiées peuvent également être automatisées pour résoudre des problèmes en temps réel en s’appuyant sur des indices contextuels sans aucune intervention humaine.

L’UCaaS peut aider les entreprises à s’équiper d’un système moderne sans avoir besoin de modifier de façon importante leur infrastructure.  Ces outils permettront aux entreprises d’améliorer leur expérience client en étant plus réactives. Ils leur permettront aussi de satisfaire toute une génération de collaborateurs intéressés par des solutions modernes.

AUCUN COMMENTAIRE