Dans ces colonnes, nous ne sommes pas les derniers à commenter les prédictions faites à propos des tendances et des évolutions probables des différentes technologies de l’informatique et de l’algorithmique. Voici comment un artiste et publicitaire français du 19e siècle imaginait la vie en l’an 2000.

Lorsque nous commentons des prédictions, celle-ci ont généralement une portée de quelques années, juste assez pour permettre d’entrevoir les évolutions les plus probables et se préparer en conséquence. Elles ont aussi l’avantage de nous faire lever le nez du guidon des affaires quotidiennes pour prendre un peu de hauteur et imaginer comment les choses sont susceptibles d’évoluer dans le temps. Mais que dire de prédictions qui portent sur un siècle d’évolutions ?

C’est ce qu’a essayé de faire Jean-Marc Côté, un artiste et communicant français, à la fin du 19e siècle. En 1899 et pour célébrer le 20e siècle naissant, un cigarettier, disparu depuis, a commandé à l’artiste une série de cartes illustrant la vie quotidienne en l’an 2000.

Des prédictions à connotation fortement technologiques… déjà

On remarquera que les prédictions de Jean-Marc Côté avaient déjà une connotation fortement technologique, alors que pendant des siècles tout ce qui s’apparentait à des prédictions concernait les événements futurs liés à des personnes, des groupes ou des nations, la fameuse boule de cristal.

Il faut dire que le scientisme de nos ascendants ne sort pas de nulle part. La révolution industrielle est passée par là et la fin du 19e siècle est une période bouillonnante d’inventions technologiques. La machine à vapeur et l’électricité ont été les catalyseurs de ce basculement, entamant une période d’essor dont l’élan sera retardé, mais pas brisé, par la Grande Guerre de 14-18.

Malgré les deux guerres, les jalons d’une civilisation technologique étaient posés. De l’économie domestique, avec la naissance des produits ménagers, d’hygiène, etc., à la production de masse comme les chaînes de montage (mise en pratique par Henry Ford en 1913), les différents segments de marché que nous connaissons de nos jours ont entamé leur mue technologique à cette époque.

L’économie de l’information et la mécanisation de l’écriture

Le développement du commerce mondial et, il faut bien le dire, la colonisation nécessitait des moyens de communication globaux et furent les principaux moteurs de l’essor de technologie de transmission de l’information et de son traitement via la mécanisation de l’écriture.

On notera aussi que le développement des technologies de la communication et de l’information a été fortement influencé par l’essor des transports, le train et les liaisons maritimes commerciales et de transport des voyageurs principalement. Elle s’est concrétisée par la mise en place des premiers réseaux de télécommunication transcontinentaux via des câbles sous-marins.

L’invention de la radio et du téléphone a ensuite achevé de faire entrer les télécommunications dans les foyers. Il faudra attendre l’essor de l’électronique pour que les premiers ordinateurs, premiers véritables outils de traitement de l’information, sortent des laboratoires et des salles blanches des grandes entreprises pour se généraliser au point que nous connaissons aujourd’hui.

Vous remarquerez que les illustrations dépeignant notre vie quotidienne et imaginée par un artiste visionnaire, sont légendées en anglais, car, malgré nos recherches intensives, le seul site qui publicise sérieusement cette l’histoire de Jean-Marc Côté avec ses cartes postales est le site britannique https://publicdomainreview.org/collection/a-19th-century-vision-of-the-year-2000.

Source : Public Domain Review

AUCUN COMMENTAIRE