Dans les conseils d’administration, les technologies font face à un vide de compétences techniques et une carence systémique dans le leadership.

C’est un point stratégique qui relie la quasi totalité des conseils d’administration dans le monde : le manque de dirigeants. Mais plus encore, le manque porte sur des dirigeants qui disposent d’antécédents et de compétences techniques et technologiques - directeurs techniques et DSI en particulier.

Sur les 680 membres des conseils d’administration du Top 25 des entreprises du NYSE (New York Stock Exchange) de Wall Street, seuls 9 d’entre eux ont eu un parcours de CIO ou CTO, 15 une expérience de l’e-commerce, et 17 peuvent se prévaloir d’une expérience dans l’IT.

Pire, les conseils d’administration du Top 25 du NASDAQ, la bourse américaine des valeurs technologiques (retenons cette expression ‘technologique’), n'atteignent que 6 CIO ou CTO ! Auxquels on ajoutera cependant 39 e-commerce, et 38 expériences IT, ce qui est bien peu pour des entreprises dont l’activité relève théoriquement du monde des IT.

Gartner-board

Et partout dans le monde les conseils d’administration suivent le rythme américain. Ont-ils besoin de le suivre, d’ailleurs, partout les directions techniques sont sous représentées au ‘board’.

Pourtant, nos DSI et directeurs techniques en ont sous le pied côté compétences. La plupart d’entre eux on connu et survécu aux vagues du bogue de l’an 2000 et de l’implosion de la bulle Internet, de la mutation de la compta en ERP, ou encore de la virtualisation au cloud. Et ils sont encore debout, tenant la barre pour franchir les embruns de la transformation digitale.

Et ce n’est pas à eux de se poser des questions, mais à leurs directions générales et aux membres du conseil : disposez-vous au sein du board de suffisamment d’expériences technologiques, et envisagez-vous d’étoffer vos compétences en prenant un administrateur DSI ou directeur technique ?

Aujourd'hui, que demande-t-on à la DSI ? De maintenir en état opérationnel. Mais encore ? De basculer sur un mode commercial et d’apporter de la valeur, et non plus de réduire les coûts. De valoriser et d’assurer la sécurité des données stratégiques. De piloter l’Intelligence Artificielle et la Blockchain. A ce propos, ils sont nombreux les membres du conseil capable d’expliquer ce qui se cache derrière ces expressions ?

Et si le vide venait des DSI eux-mêmes ? Pour intégrer le board il faut disposer de quelques traits de caractère qui n’ont rien de technologique, comme de parler d’autre chose que des technos, d’être sensible à la politique et au changement climatique, de disposer d’un réseau et d’amis bien placés, de connaître les réglementations, d’intégrer des mondes aussi disparates que les communautés d’intérêts et de pairs, les représentations de l’industrie, les associations, les startups, les médias… Un peu de marketing ne ferait pas de mal non plus !

Et si, tout simplement, DSI et CTO posaient la question à leurs dirigeants ? Il ne s’agit en effet pas simplement de constater que le conseil d’administration ne brille pas de ses compétences techniques, mais de rappeler qu’elles existent et sont proches, et au service de l’entreprise.   

Source : symposium Gartner ITxpo

Image d’entête 1021823042 @ iStock Photo InconicBestiary

AUCUN COMMENTAIRE