L’année 2017 aura été marquée par l’accélération du rythme des changements et l’émergence de technologies de pointe (blockchain et IA). Le DSI doit en tirer les conséquences pour 2018.

Voici 5 tendances technologiques qui prennent place dans la continuité d’une année 2017 durant laquelle le DSI s’est partagé entre le maintien de la production et la construction des futures bases technologiques.

1La mort de la transformation digitale

Transformation digitale, l’expression générique a été mise à toutes les sauces ces dernières années pour évoquer la modernisation des entreprises par le numérique. Il est temps maintenant de repenser notre approche de la technologie, tout en se rapprochant du conseil d’administration afin de maintenir les actions dans la ligne stratégique de l’entreprise.

Avec la maturité qui approche, sur le cloud comme sur les analytiques, le moment est venu pour la DSI de se concentrer sur le changement afin de passer de la transformation à l’intelligence, voire même au ‘tout intelligent’.

2La manie de la conformité

A quelques semaines de l’entrée en application du RGPD, les entreprises travaillent d’arrache-pied à assurer la conformité. Le RGPD aura eu un effet particulier sur l’entreprise et sa DSI, imposer de prendre en compte les règlements en cours, et surtout les pénalités qui les accompagnent, sachant que les nouvelles réglementations tendent à faire exploser ces dernières !

Contraintes à assainir leurs modèles et leurs données a posteriori, les entreprises vont désormais commencer à imposer la conformité dès l’origine des projets et la construction d’un portefeuille de données.

3L’attitude ‘give me’ sur les technologies de pointe

Le ‘give me’ est chez les anglo-saxons l’équivalent de notre « mettre la charrue avant les bœufs ». Dans les technologies, ‘give me’ se traduit par l’adoption prématurée des technologies de pointe et émergentes. Tout le monde veut sa blockchain et son IA, même si dans le cadre de l’entreprise celles-ci sont plutôt un phénomène de mode. Mais cela se traduit également par des investissements inutiles, des PoC condamnés d’avance, des recrutements d’experts sans besoin...

Des analytiques non maitrisées, de simples algorithmes connus déguisés en Intelligence Artificielle, ou de la blockchain qui selon le Gartner ne sera pas mature avant 2030, la DSI et son entreprise doivent valider la pertinence de leurs investissements et la rentabilité à long terme de leurs projets comme de ceux des métiers.

4Servir le ‘vrai’ client

Traditionnellement, la base des clients de la DSI est celle des employés de l’entreprise. Mais avec l’explosion du numérique, la modernisation et la transformation des métiers, le client a changé. Le client est désormais interne et externe. Si la technologie sous-jacente reste la même, ses usages changent et doivent d’adapter au client ciblé.

L’intérêt porte aujourd’hui sur les services aux clients axés sur la technologie, ce qui devrait se traduire par une augmentation de la productivité, de la marge et de la fidélité des clients.

5Le CDO ne prendra pas la place du DSI

L’explosion du numérique et les critiques portées à l’encontre du DSI ont favorisé l’émergence de nouveaux titres, dont le CDO (Chief Digital Officer). C’est ainsi que 20% des 2500 plus grandes entreprises de la planète ont recruté un CDO (source PwC). Celui-ci a la responsabilité du portefeuille technologique de l’entreprise. Et généralement le DSI reporte au CDO, qui a l’audience voire est membre du conseil d’administration.

Si le titre de DSI ou directeur informatique n’a pas changé, pour 95% d’entre eux leur rôle a changé via les technologies numériques (source Gartner). Et souvent le CDO est un DSI qui a progressé. Alors soit le CDO disparaît, soit il se concentre sur les produits commerciaux, au DSI de se concentrer sur l’amélioration de son entreprise via le numérique.

AUCUN COMMENTAIRE