Dans un article publié récemment, les experts de McKinsey ont identifié six résolutions, inspirées des grandes entreprises qui excellent dans le numérique, pour aider les cadres supérieurs à conduire une transformation numérique réussie et qui ménage l’avenir.

Accablés par une double dynamique oppressante, celle de la dynamique concurrentielle habituelle et de la pression de la transformation numérique, les décideurs subissent d’énormes pressions de toutes parts. Ils doivent revoir leurs stratégies et leurs modèles d’exploitation en intégrant les technologies de pointe, comme l’analytique, tout en permettant à l’entreprise de continuer à fonctionner sans accrocs.

« Les dirigeants doivent repenser et réinventer tous les aspects de leur entreprise, de la stratégie à l’exploitation », expliquent les experts de McKinsey, qui détaillent les six facteurs qui produisent une transformation réussie.

  1. Stratégie : de l’audace et du volontarisme

En matière de transformation numérique, il ne peut y avoir de demi-mesures ou d’atermoiements : « une stratégie numérique ne peut pas être progressive. Les grandes entreprises font de grands efforts pour se réinventer », explique McKinsey. Cette approche signifie que l’entreprise doit mobiliser et affecter autant de moyens humains et matériels qu’il en faut pour la transformation.

Les recherches montrent que les entreprises qui réussissent « équilibrent leurs priorités stratégiques entre la numérisation de leurs activités principales et la création de modèles d’affaires numériques novateurs, y compris des modèles construits sur des plateformes numériques ». Et ce n’est pas tout, car les processus décisionnels doivent également s’adapter, « passant d’une planification annuelle démodée à un processus continu qui aide [les entreprises] à réagir plus rapidement aux nouveaux développements ».

  1. Talents : agréger les compétences d’aujourd’hui et de demain

En matière de compétences aussi, les demi-mesures sont à proscrire. Recruter les talents nécessaires à la transition ne suffit pas, il faut également penser à l’avenir en privilégiant la mobilité et la formation. « Les entreprises performantes adaptent leurs effectifs à leurs priorités numériques et consacrent des efforts supplémentaires au recrutement et à la formation », explique l’article.

Pour mieux répondre à la demande croissante, « les entreprises recrutent des spécialistes du numérique ayant des compétences plus approfondies et plus vastes et les associent à des collègues des domaines d’affaires courantes ». Elles améliorent également les compétences des employés.

  1. Agilité : la souplesse accélère l’adaptation

Les nouvelles méthodes de travaillent introduisent de la souplesse et une malléabilité qui permettent de s’adapter aux besoins en constante évolution des clients. « Avec des méthodes agiles, fabriquer des prototypes, comme permettre aux utilisateurs les essayer et améliorer les conceptions en fonction de ce que les utilisateurs demandent, les entreprises déploient des produits et des solutions techniques plus rapidement, tout en éliminant une grande partie du risque qui survient avec les approches en cascade ». La réflexion sur le design fait partie intégrante de cette façon de travailler, car elle aide les entreprises à déterminer ce que les utilisateurs apprécient le plus.

  1. Analytique : libérer le potentiel décisionnel des données

Appliquer efficacement l’analyse et l’intelligence artificielle signifie traduire les données en informations pour les décideurs. Il est donc impératif d’intégrer une stratégie analytique globale dès le début. Les recherches montrent que « les entreprises créent le plus de valeur grâce à l’analytique lorsqu’elles les intègrent à l’ensemble de l’organisation ». Pour ce faire, « il faut définir des potentialités stratégiques, accroître les investissements, renforcer les pratiques de gestion des données et autoriser un plus grand nombre de personnes à prendre des décisions fondées sur l’analyse ».

  1. Technologie : l’évolution du rôle de l’IT

La technologie est censée favoriser l’innovation et la souplesse d’exécution, tout en permettant les opérations de base. Mais elle peut être un frein, car « les architectures informatiques héritées et les processus traditionnels de développement de logiciels ont tendance à retarder le lancement rapide des applications numériques ». Les organisations technologiques les plus efficaces configurent les systèmes informatiques comme un ensemble de plateformes modulaires, adoptent des technologies avancées, réalisent des activités clés en interne et embauchent ou forment du personnel pour un large éventail d’emplois numériques, tels que les concepteurs d’expérience utilisateur.

  1. Opérations : transformer les processus avec la technologie

La transformation numérique ne se faisant qu’à l’échelle d’une entreprise, elle exige l’intégration d’une multitude de solutions technologiques dans les activités courantes de l’entreprise. « Les entreprises réalisent une valeur substantielle de la technologie en répondant à deux impératifs », explique l’article. L’un des impératifs est de créer les nombreuses solutions numériques, généralement plus nombreuses que prévu, qui sont nécessaires pour accroître l’efficacité et améliorer l’expérience client. L’autre consiste à repenser les processus afin de saisir la valeur des technologies de pointe et d’orienter les travailleurs vers ces nouveaux modes d’exploitation.

Source : McKinsey Digital

AUCUN COMMENTAIRE