Alors que les Etats-Unis et la Chine promeuvent un modèle de conquête numérique basé sur des géants, l’Europe fait du sur-place. « Mais il est encore temps de se mobiliser pour proposer une alternative digitale aux géants américains et asiatiques », explique l’IDATE Digiworld dans une étude.

L’avenir de toute entité territoriale et la prospérité de sa population dépendent de l’innovation, qui dépend elle-même d’une stratégie cohérente et persistante, qui découle à son tour d’une ambition et d’objectifs reconnus et agréés par toutes les parties prenantes. Il apparaît clairement que l’Europe ne remplit pas toutes les conditions énumérées ci-dessus. Nous ne nous attarderons pas sur les causes de telles divergences, elles font l’objet de constats quotidiens dans la presse ad hoc.

Quant au couple franco-allemand, le moteur de l’Europe, il ergote, chicane et se chamaille sans trop avancer sur le sujet. Alors que la France est plutôt pour, l’Allemagne ne croit pas aux mastodontes. Elle préfère un modèle basé sur un tissu de TPE et d’ETI, le modèle industriel qui lui réussit si bien depuis la deuxième moitié du 20e siècle. Que faire alors ?

1Quatre scénarii pour une renaissance digitale de l’Europe

Selon l’IDATE Digiworld, « la reconquête peut s’amorcer à partir des grandes entreprises européennes leaders sur leur secteur ». En fonction de l’implication des pouvoirs publics, des stratégies digitales des entreprises et des choix des consommateurs européens, l’IDATE Digiworld a élaboré quatre scénarii prospectifs d’évolution des services numériques. Tous apportent des bénéfices potentiels à l’Europe, mais avec des retombées de natures différentes.

2Le scénario low cost où les consommateurs dictent la loi du prix bas

Il s’agit du scénario le plus probable, et celui qui illustre à merveille la dynamique qui a présidé à la naissance de certains mastodontes actuels. Sachant que le consommateur privilégie les offres à bas coût, « parfois même en échange de données personnelles, le marché du numérique est capté par les acteurs OTT, dans une logique de mass-market », explique le rapport. « Les acteurs verticaux n’arrivent pas à se positionner sur le numérique et peuvent même perdre la relation client au profit des acteurs OTT, se trouvant relégués à la stricte production de biens et de services », détaille le rapport.

3Le scénario souveraineté où les pouvoirs publics profitent de la crise de confiance pour mettre en place un cadre protecteur

Ce scénario nécessite la prise en main des destinées, ou une partie, digitales d’un pays par les pouvoirs publics. Il s’agit pour l’État « de créer les conditions d’un écosystème vertueux et protecteur, avec des mesures dans de multiples domaines : régulation, investissement, formation, etc. ». Une fois ce cadre rassurant créé pour les usagers, « les acteurs verticaux peuvent évoluer vers des offres numériques à forte valeur ajoutée. Les consommateurs privilégient les offres locales et s’engagent dans une consommation communautaire et collaborative ».

4Le scénario Start-up Continent où les start-up deviennent le principal moteur de compétitivité

Dans un contexte économique favorable, ce scénario verrait une relance ambitieuse centrée sur le secteur numérique via les start-up. Les Européens, technophiles et plus engagés qu’aujourd’hui, seraient alors preneurs de solutions personnalisées et transparentes. Les start-up y répondent dans une logique d’open-innovation, en partenariat avec les leaders verticaux ; ces derniers ont ainsi l’opportunité de proposer des services numériques à valeur ajoutée en complément de leur cœur de métier.

5Le scénario « Chasse en meute » où les leaders sectoriels traditionnels s’allient pour s’imposer sur le marché du numérique

Ce scénario s’inscrit en rupture vis-à-vis de la dynamique d’ubérisation. Il s’inscrit dans un contexte économique favorable qui donne aux entreprises leaders les marges de manœuvre pour investir dans le numérique. La clé du scénario réside dans l’alliance entre leaders verticaux, et en particulier la mise en commun et l’exploitation des données, afin d’élaborer des offres intégrées à haute valeur ajoutée.

Si vous voulez en savoir plus, le thème de l’Europe numérique sera développé lors du Digiworld Summit du 20 novembre 2019, qui aura lieu à la Maison de la Mutualité à Paris.

Source : IDATE Digiworld

AUCUN COMMENTAIRE