Le moins qu’on puisse dire c’est que la confiance n’est pas de mise entre les marques et les consommateurs en Europe. D’après une enquête commanditée par Verizon, les français sont les plus méfiants quant à l’utilisation de leurs données personnelles pour des raisons mercantiles.

Avec la prolifération des violations de données et les scandales de manipulations qui s’en sont suivi, il est facile de comprendre pourquoi les consommateurs européens sont prudents. Échaudés par les scandales autour des manipulations des données lors des dernières élections, les consommateurs européens prêtent une attention particulière aux marques auprès desquelles ils achètent, aux produits et services qu'ils utilisent et, plus important encore, à la façon avec laquelle ils partagent leurs données personnelles.

Les conclusions présentées dans ce rapport sont tirées d'un vaste corpus de recherches, menée par Longitude, filiale du groupe Financial Times et commandée par Verizon. L’enquête a été menée auprès de 6 000 clients issus de 15 pays dont les pays européens suivants : Royaume-Uni, Allemagne, France, Pays-Bas, Suède et Italie. Tous les consommateurs interrogés ont vécu une expérience client au cours de la dernière année.

« J'ai souvent l'impression que les entreprises demandent mes données pour leur propre bénéfice plutôt que pour mieux me servir ».

Lorsqu'il s'agit de partager leurs données personnelles avec les marques, les Européens sont les plus prudents au monde. Seuls 6% des clients européens partageraient leurs données sans savoir comment elles seraient utilisées (contre 8% dans les Amériques et 9% dans la région Asie-Pacifique). En outre, les trois quarts des consommateurs européens pensent que les entreprises utilisent leurs données à leur avantage et non pour mieux les servir, ce qui démontre un niveau remarquable de méfiance dans la région. La France et le Royaume-Uni ont les niveaux de prudence les plus élevés en Europe (comme le montre l’illustration ci-dessous ainsi qu'à l'échelle mondiale.

1

Certes, les nouvelles règlementations telles que la RGPD permettent, en théorie, aux consommateurs une plus grande maîtrise des informations qu’ils veulent disséminer, mais malgré cela la méfiance persiste.

Source : Verizon

AUCUN COMMENTAIRE