La ville de New York City a annoncé qu’elle va procéder au remplacement des 36.000 smartphones sous Windows Phone de sa police NYPD par des iPhone. Une erreur stratégique qui aurait pu être évitée…

Les responsables informatiques sont parfois confrontés à des choix dont ils doivent assumer les funestes conséquences. Ainsi en est-il de la police de New York (NYPD), qui, confrontée à la fin de vie de Windows Phone 8.1, dont assumer la décision illogique d’équiper ses personnels de smartphones Nokia Lumia 830 et 640 CXL sous Windows Phone. Qui se traduit aujourd’hui par l’abandon de ces 36.000 smartphones au profit de l’iPhone d’Apple, qui lui n'est pas condamné à disparaître avant bien longtemps !

ax221_6a27_9

Le maire de New York Bill de Blasio et la deputy commissioner for IT Jessica Tisch

On comprend la décision des autorités policières de New York City, qui sont confrontées à la fin du support de Windows Phone 8.1, annoncée par Microsoft en juillet dernier. La fin des mises à jour de l’OS de Microsoft crée un problème de sécurité majeur, qui a entrainé la décision de se séparer des 36.000 smartphones.

Comment peut-on arriver à un tel gâchis ?

record17n-1-prin-webLa décision du NYPD intervient 3 ans après celle de s’équiper de ces appareils, qui à l'époque entrait dans le cadre d’un programme de modernisation du NYPD de 160 millions de dollars lancé par Bill de Blasio, le maire de la ville. Les smartphones sont destinés à communiquer, à lancer des alertes, et à accéder aux bases de données de la police. Sur la seule journée du dimanche 27 août, la police de New York aurait par exemple effectué 18.000 recherches et reçu 25.000 appels… Microsoft a également participé au renforcement de la sécurité de ses équipements, et au développement d’applications spécifiques.

A l’époque, cette décision avait étonné et fait polémique, la part de marché de Windows Phone aux Etats-Unis n’était plus que de 2,3%, et de nombreux experts annonçaient déjà sa fin ! Alors comment une telle décision a-t-elle pu être prise ? La décision en revient à une personne unique, Jessica Tisch, sous-commissaire aux technologies (Deputy commissioner for IT). Et c’est bien ce qui lui est reproché, d'avoir pris seule la décision sans consulter d’experts, ainsi que le fait d’avoir concentré son achat de 36.000 smartphones sur un unique fabricant.

Focus sur la sécurité

Pour sa défense, Jessica Tisch affirme que son choix a porté sur Windows Mobile au motif que, à l’époque, « la plateforme Windows serait la plus efficace pour atteindre l'objectif de sécuriser 36.000 appareils ». Objectif atteint, certes, mais abandonné au bout de 3 ans ! Un argument demeure : les téléphones ont été acquis via un contrat de location. Le changement des téléphones ne devrait donc pas avoir d’incidence… sauf sur les charges de déploiement, de développement et de sécurisation.

Apple a également fait évoluer la sécurité des ses iPhones, c’est ce qui aurait également poussé Jessica Tisch à renouveler l’équipement du NYPD, avant la fin de l’année, avec des iPhones. Il n'est pas certain cependant que la bascule sur un nouvel OS et un nouveau fabricant, encore une fois unique, soit le bon choix. Surtout qu'en matière de protection des données, il est légitime de s'interroger sur le choix d'Apple...

Une expérience qui par contre pourrait bien devenir un cas d’école, celui d’une décision inconsidérée, prise à contre-courant du marché et des tendances, sur une technologie condamnée, par une personne seule et sans prendre l’avis des experts...

Image d’entête 512157686 @ iStock HideyukiSuzuki

AUCUN COMMENTAIRE